1er janvier : Un spectacle d’Orchestra Aragona à l’intention des journalistes guinéens

article mise à jour : 31 décembre 2013
Pour commencer l’année en beauté la maison, la Société Guinéenne des Investissements (SGI) de Chantal Cole en collaboration avec Air France s’apprête à offrir un spectacle géant animé par le groupe mythique de Cuba, Orchestra Aragona, le mercredi 1er janvier 2014, à partir de 20 heures au Palais du Peuple, à l’intention des journalistes, communicants et leurs proches. Une sorte de cadeau de nouvel an pour le monde médiatique guinéen toujours à l’assaut de l’information dans l’unique souci de rapporter les faits dans un monde en perpétuelle agitation…
JPEG - 10.7 ko

Les membres d’Orchestra Aragona sont présents, au grand complet, à Conakry depuis un temps et ont annoncé les couleurs de la fête, dont le succès est garanti d’avance, à travers une conférence de presse animée ce lundi 30 décembre 2013 dans un réceptif hôtelier de la place. Dorénavant, les informations bien sourcées rapportent que le groupe est en forme et s’apprête à donner le maximum de lui-même dans une prestation époustouflante dans une salle du palais du peuple en apothéose. Les titres fétiches comme Guantanamo et autres El divorcio vont être servis à satiété.

Pour rendre la fête davantage belle d’autres grandes vedettes bien cotées en ce moment de la musique guinéenne seront là pour accompagner le groupe. Cerise sur gâteau, la fête sera marquée également par une tombola, un tirage au sort qui permettra à un journaliste de la place d’emporter une voiture mise en jeu par SGI de Chantal Cole. Comme pour dire que ce premier rendez-vous s de l’année s’annonce déjà très intéressant.

A propos d’Orchestra Aragona

L’histoire d’Orquesta Aragón remonte à d’autres temps, une autre époque. Cienfuegos, Cuba, 1939. Une poignée de musiciens cubains crée une formation de charanga francesa. D’abord nommé Ritmica del 39, avant de devenir Ritmica Aragón, le groupe adopte rapidement son nom définitif, Orquesta Aragón. Le début d’une longue et belle histoire qui dure encore aujourd’hui.

Au tout début de l’aventure, on trouve le bassiste Orestes Aragón, le violoniste et chanteur Rafael Lay, le pianiste José Palma, le bassiste José Beltran, les violonistes Celso Valdès et Dagoberto Gonzalez, le violoncelliste Tomas Valdès, les chanteurs José Antonio "Pepe" Olmo et Rafael Bacallao, le flûtiste Eduardo Martinez "Richard Egües", le timbalero Orestes Varona ainsi que Francisco Arbolaez au güiro et Guido Sarrià aux tumbadoras. Orestes Aragón est le premier directeur musical de la formation jusqu’à ce qu’il prenne sa retraite en 1948. Il est alors remplacé par le jeune Rafael Lay.

1 photos