72 Heures du livre : le rideau est tombé

article mise à jour : 26 avril 2013
Le rideau est tombé ce jeudi 25 avril sur les 72 Heures du livre en Guinée, édition 2013. Cet évènement représente sans nul doute aujourd’hui l’un des plus grands rendez-vous culturel à se tenir chaque année dans notre pays.

Durant trois jours, discussions, conférences, pièces de théâtre, interventions dans les écoles et séances de signatures se sont donnés rendez-vous au centre culturel franco-guinéen (Ccfg). Pour cette cinquième édition, le public était présent en force. Il y avait une véritable foule. Les visiteurs nombreux parcourraient les stands et profitaient à fond de l’évènement.

Déjà, au lancement des 72 Heures du livre le 23 avril dernier, les gens y affluaient de tous côtés. Certains achetaient des livres, d’autres se contentaient en revanche de les toucher, les feuilleter et, à l’occasion, en acheter un.

A cette édition, les 72 Heures du livre ont gagné en maturité et s’améliorent d’année en année. L’aménagement des stands s’est professionnalisé. Une promesse que les organisateurs des 72 heures du livre ont tenu.

L’évènement a drainé du monde. L’afflux du public était considérable. ’’Cette année, j’ai été marqué par l’afflux du public. Beaucoup de jeunes s’intéressent au livre. J’espère juste que leur intérêt pour la lecture ne se limitera pas seulement aux 72 Heures du livre’’ confie un amoureux du livre et de la lecture.

Certains éditeurs rencontrés au cours de l’évènement affichent plutôt une mine de satisfaction. ’’ Les 72 Heures du livre ont drainé plus de monde. Cela démontre à nos yeux que les gens s’intéressent beaucoup au livre en Guinée’’ témoigne Mme Sylvia, directrice des éditions Menaibuc.

Initiées par L’harmattan Guinée, les 72 Heures du livre contribuent à encourager auprès des jeunes la lecture et à promouvoir les métiers du livre. ’’L’intérêt avec lequel chaque participant a abordé le thème Les mots au service de la paix confirme la pertinence dans ces moments de tumultes et d’instabilité dans notre pays. Notre souhait, c’est de donner à la fête du livre, une dimension plus grande, celle d’une Guinée qui compte culturellement.’’, a indiqué Mamady Koulibaly, vice-président du collectif des écrivains guinéens.

Aux yeux de Kiridi Bangoura, ministre secrétaire général à la présidence, l’Harmattan Guinée a rêvé et a vu grand, en croyant à son rêve. C’est pourquoi rassure-t-il, le gouvernement sera davantage présent aux prochaines éditions des 72 Heures du livre, avec pour ambition, faire de cet évènement les 72 Heures du livre en Guinée.

En soutenant les 72 heures du livre, l’objectif du gouvernement est de consolider le chemin déjà parcouru par les organisateurs de cet évènement, et de prendre de nouvelles initiatives, pour satisfaire l’attente des différents lectorats et donner au livre toute sa place dans la société guinéenne. Ainsi, les 72 Heures du livre ont été clôturées sur une note de satisfaction. Rendez-vous à l’année prochaine pour une nouvelle aventure des 72 Heures du livre.