Bientôt la Fête du cinéma d’animation en Guinée

article mise à jour : 1er novembre 2013
La 12e édition de la Fête du cinéma d’animation aura lieu du 6 au 8 novembre prochain à Conakry et dans huit villes de l’intérieur du pays. L’annonce a été faite par l’Institut français de Guinée au cours d’une rencontre jeudi avec les hommes de medias.

Organisée en France depuis 13 ans par l’Association française du cinéma d’animation, et en collaboration avec l’Institut français depuis 3 ans, cette fête vise essentiellement à montrer la richesse du film d’animation sous toutes ses formes. Moment de découvertes, de rencontres avec le monde du cinéma d’animation, cette Fête est l’occasion de mettre en valeur le travail de réalisateurs et de professionnels de l’animation à travers de multiples formes d’événements en France et à l’étranger.

La célébration de la fête du cinéma d’animation en Guinée apparait comme une suite logique du Festival du Film Francophone organisé en mars 2013 par le Service de coopération et d’actions culturelles, a indiqué Pascale Lejoyeux, attachée de coopération de l’ambassade de France en Guinée.

Cette fête, selon elle, est célébrée pendant une quinzaine de jours dans 16 régions de France, 50 pays et plus de 200 culturels français à l’étranger. Pour des raisons pratiques, ajoute-t-elle, elle sera organisée en Guinée du 6 au 8 octobre prochain à Conakry et à l’intérieur du pays.

De son côté, Ahmed Ghazi de JES Consulting a annoncé que l’objectif de cette fête est de toucher au moins 35 000 personnes dans les neufs villes ciblées par les organisateurs. A l’en croire, le programme de la fête sera articulé autour des projections cinématographiques, mais aussi sur des rencontres avec des professionnels du cinéma. Selon lui, une table ronde sur la relation entre l’écriture d’une histoire et la réalisation d’un film sera animé par l’écrivain Laurent Bonnet, un scénariste français et un réalisateur guinéen.

Parmi les villes qui abriteront cet évènement culturel, Ahmed Ghazi annonce Conakry (dans les salles de cinéma Mimo et Rogbane), Forécariah, Mamou, Labé, la salle polyvalente de l’ENI de Kankan, N’zérékoré, Kissidougou, Kamsar et Sangaredi. Ce qui selon M. Ghazi prouve à suffisance que la Guinée compte encore des salles de cinéma.

Et pour atteindre les objectifs fixés, les organisateurs entendent impliquer les directions préfectorales de l’éducation, afin de mobiliser un public de proximité, notamment les élèves dans le cadre du projet Ciné-école qui a pour vocation de promouvoir l’apprentissage du français.

Rendez-vous est donc pris pour les 6, 7 et 8 novembre prochain dans les villes cités ci-haut afin de célébrer ensemble la richesse artistique et la diversité culturelle dans la langue française.