C’est parti pour le Festival Bulles d’encre2013

article mise à jour : 6 février 2013
Après le succès de la 1ère édition du Festival Bulles d’encre, l’association guinéenne des journalistes dessinateurs de presse a décidé de poursuivre cette aventure. C’est dans cette optique qu’elle a lancé ce lundi 04 février au Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG) le festival national Bulles d’encre 2013 placé sous la présidence d’honneur de Mme Chantale Cole, PDG de la Société Guinéenne des Investissements (SGI).

Initié par l’Association Guinéenne des Journalistes Dessinateurs de Presse (AGJDP), le festival se veut être le chantre de l’information croquée sous l’angle humoristique pour offrir de la bonne humeur aux fans guinéens de la BD et de la caricature. Il constitue également un espace de rencontres, d’échanges entre les acteurs du dessin de presse et les fans, le lieu pour échanger des informations sur le rôle essentiel et l’importance de la presse satirique en Afrique.

Ce festival à dimension internationale regroupe à Conakry du 04 au 06 février 2013 les acteurs essentiels de la presse satirique.

Après avoir remercié les différents participants, le président du festival, Ben Oscar Barry a, dans son discours de circonstance, affirmé qu’à l’instar des autres pays, les membres de l’AGJDP ont décidé de faire de la Guinée une destination, une référence en matière de dessins de presse et de la Bande Dessinée. Plus loin, il a formulé le souhait que cette édition du festival Bulles d’encre soit celle qui ouvrira les cœurs de ceux qui veulent se battre pour l’émergence de la culture guinéenne.

Nicolas Dextreit, Conseiller de coopération et d’action culturelle de l’Ambassade de France en Guinée, soutient que le festival est à la croisée des chemins en matière de culture. Pour lui, il faudrait préparer la relève afin d’avoir des jeunes dessinateurs bien formés, car précise t-il, le dessin de presse représente la liberté d’expression du citoyen dans une société, un carrefour de disciplines.

Présent à la cérémonie d’ouverture, l’éditeur principal du Festival, M. Mimo Taleb a réaffirmé son engagement et sa disponibilité d’accompagner la culture et ceux qui l’animent. ‘’Un festival est toujours intéressant et utile quelque soit son objet. Il éveille et satisfait la curiosité intellectuelle appelée à user des produits qu’il révèle. ’’ Renchérit-il. Avant reconnaître que les organisateurs ont créé une œuvre salutaire dont chacun est amené à profiter.

Faut-il rappeler que cette deuxième édition d’exposition de caricature et de bande dessinée est agrémentée non seulement par l’arrivée en Guinée des caricaturistes et auteurs de BD de grande renommée, mais aussi par un concours national de dessins de presse et de bandes dessinées de dessins doté de trois grands Prix (Monénembo, Sassine et Moebus) qui mettra sous les feux des projecteurs, les talents cachés de la Guinée.