Christianisme païen Maraboutage chrétien Par Joseph Emmanuel Coréa (Paris : L’Harmattan, 2010)

article mise à jour : 27 janvier 2015
Note de lecture : J’ai rompu avec la religion (paganisme et christianisme) dans les années 70. Avant je vivais en Africain bon teint, croyant plus ou moins pratiquant jusqu’à ce que, au fil de mes lectures, j’ai lu des citations de penseurs athées comme Démocrite, Marx, Nistzsche entre autres. J’ai alors cessé de croire et de m’adonner à toute pratique religieuse ; j’évite cependant d’afficher mon athéisme car mon entourage ne peut me comprendre, je passe pour un égaré, un fou.
Pour ne pas me prêter à un dialogue de sourds, pas moyen de me convaincre ni de convaincre mes interlocuteurs, je me contente d’écouter sans contredire. J’éprouve d’ailleurs de moins en moins d’intérêt pour les discussions portant sur la religion Mais voilà que je rencontre dans les mains d’un ami chrétien ce titre qui m’accroche et j’éprouve l’envie de le parcourir ; je l’emprunte et commence à l’éplucher ; je ne finirai pas le premier chapitre que ma lecture me pèse ; je décide alors de lire en diagonale le reste du livre juste pour me faire une idée du contenu. Le christianisme, comme l’islam, est venu d’ailleurs s’implanter en Afrique. Au départ les prédicateurs chrétiens ont eu pour ambition de faire de l’Africain un homme neuf, débarrassé de toutes pratiques religieuses ancestrales, l’animisme ou le paganisme n’étant pas à leurs yeux une religion mais des pratiques barbares, diaboliques. Le chrétien africain s’est vu contraint de renaitre dans son âme et son vécu quotidien, ce qui s’est révélé au fil des siècles impossible ; il a fini par comprendre que pour éviter de vivre écartelé entre deux religions, il ne lui restait qu’à ajouter à son âme païenne sa foi chrétienne et vivre ainsi dans un syncrétisme religieux. Un humoriste dira à juste titre qu’en Afrique on dénombre 99% de croyants (musulmans et chrétiens) et 100%de païens C’est ce syncrétisme religieux que vit le chrétien africain (comme son frère musulman) que Joseph Emmanuel Coréa choisit de décrypter et de valider dans son livre. Pour ce jeune théologien guinéen les chrétiens d’occident se doivent d’accepter de dialoguer avec toutes les religions du monde y compris celles de l’Afrique traditionnelle. Un Africain doit pouvoir vivre sa foi chrétienne sans renoncer à ses us et coutumes, sans renier son âme africaine. Cette thèse va forcément paraître scandaleuse aux yeux de nombre de fidèles chrétiens. Pour l’athée que je suis, toute bataille religieuse n’a pas sa raison d’être puisque Dieu n’existe pas. Je me sans heureux de vivre avec cette conscience morale qui me permet de distinguer le bien du mal et de vivre plus ou moins en harmonie avec tous les hommes mes frères. Walaoulou BILIVOGUI.