Conakry capitale mondiale du livre : Sansy Kaba déroule son programme devant les Ambassadeurs

Publié par : Camara Mohamed Lamine •  article mise à jour : 21 novembre 2016
Sansy Kaba Diakité, commissaire général de ‘’Conakry capitale mondiale du livre’’ a présenté ce jeudi 17 novembre le contenu de son programme aux ambassadeurs accrédités en Guinée. C’était en présence du ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Abdoulaye Yéro Baldé. La cérémonie s’est déroulée au siège de l’UNESCO à Kaloum.

Présente à cette rencontre, la Polonaise Mme Karolina Bieniek, membre du projet de ‘’Wroclaw, capitale mondiale du livre pour l’année 2016’’, a rappelé que l’objectif de sa mission est de discuter et d’identifier les axes de coopération et de développement d’un projet commun, visant à encourager et à engager les autres acteurs, notamment les ambassades. « Nous serons présents à Conakry le 3 mai pour participer à la journée de la Pologne à la faveur de laquelle nous présenterons la culture polonaise », a-t-elle annoncé.

Après la présentation de son programme, le commissaire général de ‘’Conakry, capitale mondiale du livre’’, a rappelé que la Guinée a été retenue grâce à la qualité et à la diversité. « 2017 est une année de refondation du livre en Guinée. C’est réconcilier le pays avec la lecture et la culture. La Pologne est prête à nous accompagner. Elle a de l’expérience car, elle a abrité cette année l’évènement ‘’Wroclaw, capitale mondiale du livre’’. Ils ont des moyens, ils ont investi 60 millions d’euros dans les infrastructures et 25 millions d’euros pour l’organisation pratique de l’évènement », a-t-il expliqué.

Le programme de capitale mondiale du livre prévoit la création des points de lecture dans les quartiers de Conakry, a dévoilé M. Diakité qui demande le soutien des organisations internationales ainsi que l’Etat guinéen. « Pour jouer au football, il faut des stades. Donc, pour faire ‘’Conakry, capitale mondiale du livre’’, il faut aussi des bibliothèques », a-t-il raisonné avant d’ajouter qu’il a proposé dans son programme la création de 25 points de lecture et deux médiathèques pour 2017.

Pour le ministre Abdoulaye Yéro Baldé, le livre, c’est le savoir, la culture, l’éducation et le développement. Plus le niveau d’éducation est élevé dans le pays, plus le niveau de vie s’accroit. « Les pays en voie de développement, pour rattraper leur retard, doivent mettre le savoir au centre de leur préoccupation car, à travers le livre, vous explorez le passé, présent ainsi que le futur », a-t-il enseigné.

Le livre est une sève nourricière, souligne Yéro Baldé qui dit être écœuré de constater qu’il n’y a pas de bibliothèques dans le pays. Toutefois, il estime que cela n’est pas normal et qu’il faut en créer un peu partout. « On ne peut pas organiser un tel évènement de telle dimension sans l’engagement du gouvernement. Avec mon collègue de la Culture, nous avons décidé de porter à la connaissance de la plus haute autorité, l’enjeu de l’évènement et tout le bénéfice que nous pouvons en tirer », a-t-il promis.

Plus loin, le ministre Baldé a annoncé que l’’UNESCO a promis d’offrir deux millions de livres à la Guinée dans le cadre de cette manifestation culturelle à dimension internationale. « J’invite tous les Guinéens à supporter cet évènement », a lancé le président de la commission nationale de l’UNESCO.

Sekou Sanoh pour Guineenews