Concert : Lama Sidibé attendu au CCFG

article mise à jour : 19 novembre 2012
Vendredi 23 novembre au Centre Culturel Franco guinéen (CCFG) Lama Sidibé va livrer un concert. Cet artiste universitaire est l’un des plus populaires dans la communauté peulh. Lama va offrir à son public, ses chansons les plus connues.

La particularité de Lama Sidibé dans sa communauté, c’est sans doute son professionnalisme. C’est l’un des rares sinon le seul artiste peulh à être apprécié par toutes les générations au sein de la communauté peulh. Il doit cette appréciation et considération à sa maîtrise parfaite de la langue. Fin communicateur, il ne apparait pas aux yeux de ses fans comme vulgaire et insolent dans ses propos. Dans ses chansons, Lama Sidibé utilise beaucoup les adages pour communiquer. Le mélange des instruments traditionnels (flûte, cascagnettes) et ceux de la musique urbaine contribue énormément à sa réussite.

De nos jours, Lama Sidibé est très convoité dans les cérémonies de mariage. Pour attirer la clientèle, les propriétaires des restaurants lui font signé souvent des contrats. Au-delà, Lama Sidibé effectue beaucoup de tournées à l’intérieur du pays et l’étranger. Pendant cinq mois, Lama s’est produit pour les communautés guinéennes et africaines dans les plus grandes villes américaines comme Washington, New York, Chicago, et Indianapolis. A cette occasion, il avait participé au festival de la ville et fut le premier africain à recevoir le trophée « AFRICAN DJEMBE AWARD » un prix de récompense pour la promotion de la culture africaine aux USA.

Les albums les plus connus de l’artiste sont « A WEILLILAN » parut en 1996 au Ciméma Liberté. Après ce succès, il signe un autre intitulé « MUYDHE » remplacé plus tard par « SELLA FINDE » qui veut dire fidélité en poular. De succès en succès, Lama produit un autre album « SEGUELERE » épervier en poular.

Mais avant ses titres et succès personnels, Lama Sidibé avait fait ses débuts, et s’était illustré comme le principal chanteur de la troupe théâtrale de son établissement lors des compétitions inter-scolaires. A 19 ans, le jeune Lama réalise ses notes musicales avec le doyen feu Bigné Doumbouya, saxophoniste à Conakry.

Il a beaucoup appris avec le Nimba Jazz de N’zérékoré en l’occurrence le claviste bassiste Mamady Condé. Avec ce groupe, il a intégré la grande famille griotte de feu Karifa Diabaté, au prés duquel il a conforté ses acquis artistiques ;

Pour rappel, Mamadou Lamarana SIDIBE est né le 27 janvier en 1965 dans le quartier populaire de Horé Fello à Mamou.