Concours miss : ‘’ Ce n’est nullement un problème interne qui nous oblige à reporter la finale’’ dixit Johanna Barry

article mise à jour : 10 janvier 2013
S’exprimant autour de l’organisation de la finale du concours miss prévue le 18 janvier, la présidente du COMIGUI Johanna Barry indique que le report de cette date est lié à un problème de moyens et non celui interne. Johanna Barry s’est également exprimée sur la finale de la miss CEDEAO remportée par Mariam Diallo.

Avec un sourire large, la présidente du COMIGUI tire chapeau à sa candidate Mariam Diallo devenue miss CEDEAO après un concours rudement mené à Abidjan. Ce concours, affirme Johanna Barry a été minutieusement préparé : « On est resté en contact avec le comité miss CEDEAO pendant une bonne période. Nous avons utilisé ce temps pour préparer notre candidate. Il fallait d’abord murir le projet, faire le bon choix. Il ne m’a pas fallu assez de temps pour miser sur Mariam Diallo à qui j’avais à faire depuis plusieurs mois et en qui j’avais confiance » explique t-elle.
Le COMIGUI a pris la décision sur lui de choisir la dauphine à la place de la miss Salimatou Keita. Une décision qui a fait assez de bruits dans la cité. La présidente de cette structure elle, a ses explications : « Il y a une convention qui nous lie avec les miss. Dans cette convention, il est écrit que le comité est le maître du jeu. Donc, nous avons le droit de choisir celle qui est apte à représenter la Guinée dans un quelconque concours international. Puisque c’est officiellement écrit dans un papier, y a pas eu de quiproquo par rapport à ça. Donc, il fallait faire un choix et l’imposer » martèle Johanna Barry.

Parlant des préparatifs de la finale du concours miss prévue le 18 janvier prochain, la présidente de cette structure regrette les multiples reports avant de rassurer : « C’est vrai il y a eu des reports. Ce n’est pas facile. Vous savez que c’est un comité qui se cherche. A chaque fois que nous proposons une date y a un problème de sous qui se pose. Cette fois-ci, nous avons décidé de choisir le 18 janvier. Quelques soient les circonstances qui se poseront, nous allons maintenir cette date pour organiser ce concours enfin. » Donc ce n’est pas un problème interne qui vous empêche d’organiser la finale ? : « Non. Ya aucun problème interne. Plutôt un problème de moyens. » affirme Johanna.

Revenant sur le choix porté sur la personne de Mariam Diallo, Johanna Barry reconnait que les langues se sont déliées dans la cité, mais elle reste sur sa position : « c’est une question de choix. Les miss n’ont aucun droit de s’imposer. Dans un concours international nous prenons celle qui est apte à représenter le pays. Personnellement, il m’a fallu étudier les trois filles. J’ai trouvé que Mariam Diallo est apte à le faire. J’ai été guidée par le Bon Dieu nous sommes revenus avec le trophée et je crois que c’est le plus important » conclut la présidente du COMIGUI.