Conférence : La Grande Sénégambie

Publié par : Amara Nabé •  article mise à jour : 29 mai 2017
Conférence : La Grande Sénégambie : passé, présent et future par Pr Boubacar Barry

Conakry, le 25 avril 2017
Conférence : La Grande Sénégambie : passé, présent et future par Pr Boubacar Barry
Il est 10 h 30, le conférencier Guinéen Pr Boubacar Barry de l’Université Cheick Anta Diop de Dakar a inspiré l’audience à propos de l’importance de l’intégration politique sous régionale, notamment la Sénégambie. A ne pas confondre avec la fédération de Sénégambie.

Il est professeur d’histoire spécialisé dans la sous-région. Il a étudié le Royaume de Walo et le Fouta Djalon dans son 3ème cycle. En 1972, il a envoyé un message au Président Senghor d’être fière de contribuer, en tant que Guinéen, a l’histoire du Sénégal.

Les raisons de ses recherches :
—  Connaitre les six pays : La Gambie, la Guinée, la Guinée Bissau, le Mali, la Mauritanie et le Sénégal ;
—  La raison personnelle : l’auteur a vécu toute sa vie dans deux de la sous-région, vingt ans en Guinée et cinquante-trois ans au Sénégal ;
—  La région du Fleuve Gambie et Fleuve Sénégal comprend les trois écologies : sahel, savane et forêt.

Ces facteurs écologiques étant les causes des mouvements des populations pour leurs besoins.

L’espace Sénégambie n’était pas influente dans la sous-région avant l’arrivée des européens, à part l’expédition d’Aboubakr II de l’Empire du Mali. L’espace Sénégambie était contrôlé par l’Empire du Mali au sud (Gabou) et le Royaume de Walo au nord.

L’arrivée des européens dans le quinzième siècle pour le commerce triangulaire (l’esclavage) et l’installation des colonies a transformée la Sénégambie.

Conséquences de conquêtes coloniales :
—  Éclate du Royaume Wolof de Walo en six royaumes ;
—  Éclatement de l’Empire du Mali ;
—  Le commerce triangulaire (l’esclavage) ;
—  Inter guerre ;
—  La colonisation ;
—  La fragmentation politique des Etats après l’indépendance.

Pour éviter des conflits, les pays indépendants ont décidés de maintenir les frontières coloniales. Cependant, cette idée n’a pas abouti son objectif, car il y a eu la guerre civile en Sierra Leone, Liberia, Casamance, Côte d’ Ivoire et Guinée Bissau.

Les organisations régionales de Fleuve Gambie et du Fleuve Sénégal sont complémentaires. Fleuve Gambie est la plus navigable de la sous-région a trois cent kilos mètres sans aucun aménagement. C’est la plus proche de Bamako.

Nouakchott, Dakar, Banjul, Bissau, Conakry et Conakry sont à vingt-cinq minutes de vol de l’un à l’autre.

Pour rattraper les retards de l’esclavage et de la colonisation, on a besoins des fédérations :
—  La Fédération de CEDEAO ;
—  La Fédération de Sénégambie ;
—  La Fédération Guinée, Sierra Leone et Liberia.

Éducation, Éducation, Éducation :
Éducation est la clé de notre libération future. Savoir est la ressource la plus importante. Les langues africaines doivent être la base de notre éducation pour avancer.

Le mouvement de migration des populations à l’intérieur au tour de Fleuve Niger est-il la solution ? L’environnement en général autour des trois grands fleuves de la sous-région en particulier doivent être protégés par des efforts communs de tous ses quinze pays membre pour notre future. Dont, l’union politique est évidente et essentielle.

Amara Nabé
Email : amaranabey@gmail.com