Création théâtrale : Sikasso

article mise à jour : 7 octobre 2013

Agenda

11 oct

Création théâtrale : Sikasso

L’heure est venue, dans un état d’esprit d’exactitude et de fraternité, d’aborder l’Histoire.

Sous forme théâtrale, le Professeur Djibril Tamsir Niane restitue, à travers Sikasso, une page essentielle de la fin du XIXe siècle. Il évoque pour nous ce moment très précis qui trouve son issue le 1er mai 1898, pour en restituer le contexte :

Centre Culturel Franco-Guinéen (CCFG)

Vendredi 11 octobre 2013 19:30-22:00

L’heure est venue, dans un état d’esprit d’exactitude et de fraternité, d’aborder l’Histoire.

Sous forme théâtrale, le Professeur Djibril Tamsir Niane restitue, à travers Sikasso, une page essentielle de la fin du XIXe siècle. Il évoque pour nous ce moment très précis qui trouve son issue le 1er mai 1898, pour en restituer le contexte :

« Sikasso a été la dernière citadelle du Soudan combattant à la fin du XIXe siècle. Ségou est tombée en 1893 ; l’Almamy Samory abandonnera Bissandougou dès 1889 pour se constituer un « royaume mouvant. Défendu par une triple muraille, la ville de Sikasso était la forteresse la plus redoutable ; les Français la gardèrent pour la « bonne bouche » et c’est seulement après l’avoir complètement isolée qu’ils portèrent le siège devant elle. Les rois soudanais comprirent trop tard qu’il fallait se donner la main. Sikasso tomba en mai 1898, les Français, sonnant l’hallali, dirigèrent alors toutes les colonnes du Soudan contre Samory qui, à sont tour, succombera en septembre de la même année.

Ainsi, la division de nos rois a causé leur perte ; les querelles tribales furent savamment exploitées par les conquérants. Les assiégés de Sikasso en tirèrent une leçon amère. C’est en vain que les « rescapés » rejoindront les rangs de l’armée samorienne. L’histoire avait pris – du moins sur le moment- un tournant irréversible.

Cette nouvelle création théâtrale mise en scène par Oumou Telly Diallo Kéita est donc un moment important pour l’histoire culturelle de la Guinée.

C’est une manière de rendre hommage à l’œuvre d’un auteur et d’un historien qui est une grande figure intellectuelle de la Guinée. C’est aussi une manière d’élargir le répertoire du Centre Culturel Franco Guinéen et de souligner le lien essentiel, l’action créative conjointe de la France et de la Guinée.

C’est enfin une manière de découvrir un metteur en scène féminin qui a particulièrement œuvré dans cette idée binationale, comme comédienne et comme directrice adjointe du CCFG pendant une dizaine d’années. Sikasso représente une opportunité sensible, où le théâtre nous donne rendez-vous avec l’Histoire.