Culture:Le patrimoine culturel de la première république sauvée

article mise à jour : 1er février 2016
la British Library a officiellement ouvert l’archive Syliphone, une collection de 8.000 chansons des archives de la Radio Télévision Guinée. Les chansons sont maintenant disponibles en ligne à la British Library Sounds site (cliquez sur « Afrique » et puis cliquez sur le logo Syliphone de l’éléphant).

Les enregistrements ont été archivés entre 2008 à 2013 avec le financement du Endangered Archives Programme, et la collection contient les meilleurs enregistrements réalisés en Guinée. Les chansons datent de 1960, avec un grand nombre enregistré au cours de l’ère de la 1ère République (1958-1984). Un point culminant de la collection est le catalogue complète de Syliphone disques vinyle. Entre circa 1967 et 1983 le gouvernement Guinéen a publié 157 disques de vinyle (33,3 et 45 tours) à travers Syliphone, une régie d’Etat, et ceci est la première collection complète de toutes les 750 chansons qui sont disponibles au public. On croyait le catalogue de vinyle Syliphone perdu, et le financement de le Endangered Arhives Programme lui a permis d’être recueillis, conservés et numérisés.

La collection d’archives contient également des milliers de chansons qui ont été soigneusement transférés de leur bande magnétique originale au format numérique. Ces chansons, comme leurs homologues sur Syliphone vinyle, ont été enregistrées dans les studios "Voix de la Révolution" à Conakry, et ils englobent tout le spectre de la musique Guinéenne et offre un aperçu fascinant de la politique culturelle de la Guinée : Authenticité. Pendant l’ère Sékou Touré, les musiciens ont été payés par le gouvernement et encouragés à créer de nouveaux styles "moderne" de la musique Africaine. Les chansons de la collection couvrent également la Révolution Culturelle de la Guinée, lancée en 1968, et révèlent ainsi le rôle du gouvernement dans les arts.

Les chansons numérisées à partir de bande magnétique (+7000 chansons) comprennent les artistes les plus célèbres de la Guinée et contiennent leurs catalogues complets. Ce matériel n’a jamais été diffusée en dehors de la Guinée. Une (courte) liste de ces artistes comprend tous les orchestres nationaux : des centaines de chansons par le Syli Orchestre National, Bembeya Jazz, Keletigui et ses Tambourinis, Balla et ses Balladins, Horoya Band, Super Boiro Band (et l’Orchestre de la Garde Républicaine), et Les Amazones de Guinée - le premier orchestre exclusivement féminin de l’Afrique. La collection comporte également leurs chansons enregistrées 20 ans avant leur seul enregistrement par Syliphone de vinyle, et ne sont qu’un exemple de la rareté et la valeur historique de l’archive.

Tous les 35 orchestres régionaux : des centaines de chansons par Kébendo Jazz, Kolima Jazz, Bafing Jazz, Kaloum Star, Camayenne Sofa, Nimba Jazz, 22 Band, Mandén Kono, Syli Authentic, etc.

Des centaines de chansons par des chœurs, ensembles et ballets : Les Ballets Africains, Ballets National Djoliba, Ballets de l’Armée ; Ensemble Instrumental National, Ensembles Instrumentaux de Kissidougou, Faranah, Kankan, etc ; Chœurs de Conakry, Mamou, Dinguiraye, Kindia, etc.

Des centaines de chansons de grandes vedettes Guinéennes : Fodé Conté, Sory Kandia Kouyaté, Farba Tela, Mama Kanté, M’Bady Kouyaté, Binta Sow Laaly, Ilou Dyohèrè, Sory Lariya Bah, Tö Kouyaté, Manfila "Dabadou" Kanté, Manfila "Soba" Kanté , Kerfala "Grand Papa" Diabaté, etc.

Des centaines de chansons d’artistes et de groupes de l’ère après Sékou Touré : Super Flambeau, Atlantic Mélodie, Jeanne Macauley, Koubia Jazz, Les Fils du Rais, Les Messagers du Niger, Sékouba Kandia Kouyaté, etc.

Des centaines de chansons des ensembles traditionnels : Maninka, Susu, Fulbé, Onëyan, Kissi, Toma, Guerzé, Manon, Kono, Baga, etc.

Nafadji Sory CONDE
Membre Académie n’ko et chercheur