Début de la 10e édition du Festival international de théâtre du Gabon

article mise à jour : 29 mai 2013
La 10e édition du Festival international de théâtre du Gabon (FITHEGA) a démarré samedi en début de soirée à l’immeuble Arambo, à Libreville, avec la projection d’un film documentaire en hommage à Vincent de Paul Nyonda, père du théâtre gabonais. C’est samedi dernier que le Festival international de théâtre du Gabon (FITHEGA) a démarré à Libreville. Cette 10e édition qui rassemble 12 compagnies théâtrales africaines est dédiée à Vincent de Paul Nyonda, père du théâtre gabonais décédé il y a quelques années.

Les activités de ce rendez-vous du spectacle ont démarré avec la projection d’un film documentaire en hommage au père du théâtre gabonais et l’organisation d’autres manifestations culturelles sur les jardins de l’immeuble Arambo.

Hisser le théâtre africain au rang d’une véritable industrie culturelle

« L’organisation de ce festival vise à faire vivre la plate forme artistique gabonaise, à donner plus de visibilité aux artistes en leur permettant de se produire et de se vendre. Nous voulons également rapprocher les capitales africaines, faire tomber les barrières nationales à travers le théâtre et provoquer l’intégration des peuples. Le frottement des talents africains permettra de hisser le théâtre du continent au rang d’une véritable industrie culturelle », a déclaré Jean Fidèle Nziengui Nzamba, directeur du FITHEGA.

Les manifestations de cette rencontre artistique se déporteront dès lundi à Mandji (sud), localité qui a vu naitre Vincent de Paul Nyonda. « Nous allons déporter le FITHEGA à Mandji pour rendre hommage à Vincent de Paul Nyonda et pour faire le bilan des 10 ans d’activités et tracer le chemin pour les prochaines années », a confié le directeur du FITHEGA.

Hommage à Vincent de Paul Nyonda

Le programme des manifestations prévoit entre autres, des conférences, stages, prestations d’artistes et surtout le passage en boucle des photos du père du théâtre gabonais, retraçant l’histoire de l’homme politique à l’homme de culture.

Les représentations s’achèvent le 2 juin. Cette édition rassemble les artistes de 12 pays, entre autres, le Gabon, la RDC, le Congo, le Bénin, le Togo, la Côte d’Ivoire, Guinée Conakry, le Burundi, la France, la Belgique et la Centrafrique.