Dédicace du livre sur la problématique de la dette en Afrique : le cas de la Guinée

article mise à jour : 6 mars 2012
L’auteur Badara DIOUBATÉ, Docteur en sciences économiques, est chargé de cours à Reims Management School, laboratoire de recherche, OMI-EA- 2065, université de Reims Champagne-Ardenne. Auteur de divers articles sur l’économie du développement et le rôle des institutions financières internationales dans les pays en développement, il est consultant en développement.

La bonne gouvernance est-elle un facteur de développement économique ?

Le fardeau de la dette est-il compatible avec une croissance solide et soutenable ? Pourquoi depuis les années 2000, la République de Guinée est -elle toujours au point de décision de l’initiative des pays pauvres très endettés ? Quels liens entre les stratégies de réduction de la pauvreté et la problématique de la bonne gouvernance ? Jamais, dans le champ de l’économie du développement, de 1960 à nos jours, une thématique, en dehors de la bonne gouvernance, n’a donné autant d’espoir sur la voie de la correction des erreurs issues de la période d’ajustement structurel.

En effet, l’un des échecs de l’application des programmes d’ajustement structurel dans les pays en dévelopement reside dans l’aggravation de la pauvreté sociale et l’augmentation du stoks de la dette des pays concernés. De ce fait s’ils existent une corrélation positive entre l’intensité, la durée d’application des reformes au titre des reformes des programmes d’ajustement et l’élévation du niveau dans les PVD, l’Afrique reste manifestement la zone la plus touchée par cette réalité.

L’objectif de ce livre est de rendre compte des transformations et des évolutions dans le contenu des réformes impulsées par les institutions financières internationales (FMI, banque mondiale) et des politiques économiques nationales compatibles avec les options de développement des pays comme la Guinée pendant la période post-ajustement structurel.