Des personnalités appellent à revisiter l’œuvre de Cheikh Anta Diop

article mise à jour : 9 février 2013
Des universitaires et hommes politiques ont magnifié jeudi à Dakar l’œuvre du défunt penseur et homme politique sénégalais Cheikh Anta Diop (1923-1986) et invité le public à revisiter sa production scientifique et son plaidoyer en faveur de la création d’un État fédéral africain.

’’Il est temps de relancer le discours fédéraliste qu’a toujours tenu le professeur Cheikh Anta Diop afin que les pays africains connaissent un envol économique’’, a dit Cheikh Tidiane Gadio, ancien ministre des Affaires étrangères.

Il participait au vernissage d’une exposition dédiée à l’œuvre de Cheikh Anta Diop. L’exposition, qui retrace le cursus scolaire et universitaire, le parcours professionnel et les recherches du défunt historien, est organisée à la place du Souvenir africain de Dakar, pour marquer le 26ème anniversaire de son décès.

’’Si certains Européens osent dire aujourd’hui que Ramsès (nom de plusieurs pharaons égyptiens) était blanc, c’est parce que Cheikh Anta n’est plus là’’, a soutenu M. Gadio.

’’Cheikh Anta s’est battu pour la démocratie au Sénégal et la réconciliation des peuples noirs, à travers ses écrits et sa recherche’’, a dit pour sa part l’économiste Mamadou Lamine Diallo, député à l’Assemblée nationale.

Il estime que ’’le professeur Diop est un homme d’une grande connaissance’’ scientifique. M. Diallo regrette que les langues ne soient pas vulgarisées au Sénégal comme l’avait recommandé Cheikh Anta Diop.

Abondant dans le même sens, Aboubacry Lam, spécialiste de l’histoire de l’Égypte et enseignant au département d’histoire de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar invite les universitaires à s’inspirer de l’œuvre du parrain de l’ex-Université de Dakar. Il les a exhortés par exemple à revisiter ses travaux sur la nécessité d’un État fédéral africain.

Il regrette que la voie du développement économique et culturel, que le savant a montré aux Africains depuis les années 1970, ne soit pas explorée.

La Place du Souvenir africain en partenariat avec l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar (UCAD) organise une série d’activités, à partir de jeudi, jusqu’au 14 février, pour célébrer le 27e anniversaire du décès du Pr Cheikh Anta Diop.

Cheikh Anta Diop, historien, anthropologue et homme politique sénégalais, avait mis l’accent sur l’apport de l’Afrique et en particulier de l’Afrique noire à la culture et à la civilisation mondiales.

L’égyptologie ’’afrocentrée’’ est un domaine de recherche initié par le Professeur Cheikh Anta, où l’on étudie la civilisation de l’Égypte ancienne en partant du postulat qu’elle est une civilisation négro-africaine. En effet, selon lui, la civilisation égyptienne serait une civilisation ‘’nègre’’.

Parmi ces plus grands ouvrages il y a ‘’ Nations nègres et culture : de l’antiquité nègre égyptienne aux problèmes culturels de l’Afrique noire d’aujourd’hui’’ publié en 1954.

SDI/MTN/ESF/OID