Droits d’auteur impayès : Les comédiens en colère contre le BGDA

article mise à jour : 11 avril 2014
« Cela fait maintenant plus de trois années qu’aucun comédien guinéen n’a perçu un copeck comme droit d’auteur. Pendant ce temps nos œuvres sont consommées au quotidien par les média nationaux, les boites de nuits, discothèques et autres établissements publics sans que nul ne crie gare » s’est offusqué ‘’Grand Devise’’ qui a réitéré la menace des artistes comédiens de descendre dans les rues si rien n’est fait pour rétablir rapidement les uns et les autres dans leurs droits.
JPEG - 6.6 ko

Le binôme de Kabadougou, auteur de plusieurs sketchs couramment consommés à Conakry et un peu partout à travers le pays et même à l‘étranger, est catégorique là-dessus, quand il déclarait au sortir, le mercredi 9 avril 204, d’une rencontre avec le tout nouveau préfet gouverneur de la ville de Conakry, Soriba Sorel Camara, « il faut qu’on mette tout en œuvre pour payer les droits des comédiens au compte des trois dernières années. Au risque, à notre corps défendant, de nous voir occuper les rues un beau matin. Mais, pour le moment, nous ne souhaitons pas en arriver à cette solution extrême. Il est alors temps que l’on agisse », renchérit-il. Dans la même lancée, un autre artiste comédien qui a pris part à la même rencontre s’est montré plus catégorique, « la solution serait que ‘on améliore la gestion des droits des artistes. Pour ce faire, il est impérieux que le chef de l’Etat pense à changer les gens qui sont chargés de les gérer, en commençant par le Directeur général, Pépé Koïvogui, qui se trouve être l’homme le plus impopulaire qui soit à ce poste » regrette-t-il. Un autre d’enfoncer le clou, en réclamant purement et simplement la tête du Directeur du BGDA, « il faut des spécialistes à la tête du Bureau Guinée des droits d’auteur, sinon c’est lé chaos ».

Pour une sortie heureuse de cette autre crise qui risque d’agiter le climat sociopolitique dans notre pays, les artistes comédiens de Guinée ne demandent pas mieux que l’examen d’une solution rapide et consensuelle qui passerait nécessairement par un changement radical de l’organigramme du BGDA. Il faut noter que ce sont des dizaines de comédiens, mobilisés comme un seul homme à en découdre avec le DG du BGDA et son équipe, qui ont rencontré le gouverneur de la ville de Conakry le mercredi dernier. La balle est donc dans le camp du Président Alpha Condé qui doit sévir.

1 photos