Exclusif : La Guinée participe à l’élection Miss Monde 2013, un exploit pour le COMIGUI

article mise à jour : 17 juillet 2013
« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre d’années », dit un dicton. Après la résurrection de Miss Guinée en 2008, en 2010, Kadiatou Bah remportait Miss Naïades au Bénin. Trois ans plus tard, c’est Mariam Diallo qui remporte le Trophée de Miss CEDEAO. Aujourd’hui, le COMIGUI est en train de réaliser son exploit le plus spectaculaire : la première participation de la Guinée à Miss Word, qui se tiendra cette année en Indonésie le 28 septembre 2013.

Cette réussite de l’équipe de Johanna Barry dépasse les attentes du comité d’organisation Miss Guinée. Car c’est la Guinée qui va rayonner à travers sa Miss. Plus de 2 milliards de téléspectateurs, 4 milliards d’internautes vont voir défiler l’ambassadrice de la beauté guinéenne, offrant au monde entier ce que notre pays a de plus belle, de courageuse, de plus sublime : la femme. La Guinée ne veut-elle pas dire langue locale Soussou, femme ?

Pour la petite histoire, tout a commencé en décembre 2012 quand la Guinée est présente en Côte d’Ivoire pour le concours Miss Cedeao. Le COMIGUI approche le président du Comité Miss de la « lagune Ebrié » et organisateur de Miss CEDEAO, pour parrainer sa rentrée du dans le Club fermé de Miss Monde. Victor Yapobi, séduit par la prestation guinéenne et le sérieux qui entoure le Comité guinéen, décide d’appuyer le Guinée.

Pendant un mois, les négociations commencent entre le COMIGUI et les organisateurs de Miss Monde. Au mois de février, le contact est noué. Les mails et les courriers express sont envoyés au COMIGUI pour répondre à l’exigence de Miss Monde.

Des jours, semaines et des mois passent. Au mois de mai dernier, en provenance de Turin (Italie), assise dans l’aéroport Roissy Charles de Gaule, Joanna Barry reçoit un appel de confirmation de la Guinée à Miss Monde. C’est la joie. (Voir www.missworld.com/contestants)

L’image de le Guinée

Ainsi, le COMIGUI obtient la licence exclusive pour participer à Miss Monde pour toujours. Une compétition vieille de plus de 60 ans. Cela dit, la candidate Guinéenne en partant à cette compétition, devra emporter avec elle entre autres : trois petits drapeaux de 20 à 30 cm, trois cailloux spéciaux du pays, une plante, un livre sur la Guinée et une vidéo de dix minutes où la Miss vend l’image de son pays.

La station balnéaire

Toutes les candidates seront reçues dans la ville ‘’Bali’’ où elles vont vivre une expérience inédite. Après le séjour à Bali, elles se rendront à ‘’Jakarta’’ où se tiendra cette compétition mondiale. Selon nos informations, c’est la compagnie Qatar Airways (sponsor de l’évènement) qui assura les déplacements des symboles de la beauté humaine.
Les soutiens

Pour participer à cette compétition mondiale, les différents comités, après acceptation, paient chacune une somme de 12 mille euros. Somme que le COMIGUI peine pour l’instant à mobiliser. D’où l’appel aux soutiens des bonnes volontés et de l’Etat.

Jointe au téléphone, par notre rédaction, la présidente du COMIGUI, ne tarit d’éloges à l’endroit du Ministre de Culture et du Patrimoine historique, Ahmed Tidiane Cissé, à cause des efforts considérables que celui-ci déploie pour la participation de le Guinée à cet évènement. Victor Yapobi quant à lui, fait de l’affaire de COMIGUI la sienne. Selon Johanna Barry, sans Victor Yapobi, la Guinée n’allait pas réussir son entrée dans le club de Miss Monde.

Rêve ou Défi ?

Après avoir remporté des trophées à l’échelle sous-régionale et continentale, la beauté guinéenne prétend maintenant s’imposer sur le toit du monde. La Guinée va-elle remporter cette compétition dès sa première participation ? En tout cas, le COMIGUI compte sur le soutien et la bénédiction de tout le peuple de Guinée.