FESPAM 2013 : GCI sera au cœur de l’événement !

article mise à jour : 13 juillet 2013
La 9ième édition du Festival Panafricain de Musique qui se tiendra du 13 au 20 juillet 2013 à Brazzaville, au Congo, le pays du Président Sassou Nguesso, s’annonce déjà parée de mille couleurs. Durant une semaine, jour pour jour, la capitale Brazzaville vibrera au rythmes et son de la musique africaine et de sa diaspora.

Au compte de ce grand rendez-vous de la fête de la musique du continent noir, votre quotidien de référence d’informations en ligne, GuineeConakry.info (GCI), sera bel et bien au cœur de l’événement. Invitée par la Direction de la communication, du marketing et des relations extérieures du FESPAM, la rédaction de GCI sera représentée par notre reporter, M. CAMARA Lamine, qui sera notre envoyé spécial pour la couverture médiatique de ce grand rendez-vous culturel à Brazzaville.

Placée sous le thème : « Les musiques africaines, vecteur d’authenticité et facteur d’émergence », cette édition de 2013 du côté de la Guinée, connaîtra aussi la participation comme invités, de la Miss Guinée, Koulako Kaba, ainsi que du premier orchestre guinéen féminin, ‘’Les Amazones de Guinée’’.

Comme pour dire qu’en Afrique, on ne peut pas célébrer la musique dans son authenticité, sans donner une place d’honneur à la Guinée des Ballets africains, du Bembeya, d’El hadj Sory Kandia Kouyaté, d’Aboubacar Demba Camara… !

GCI suit pour vous.

JPEG - 16.1 ko
Lamine Camara en interview

Photo : Notre reporter Lamine Camara en interview

Lamine Camara pour GuineeConakry.info

DOCUMENT

FESPAM : Les préparatifs de la 9e édition amorcés
Par Journaldebrazza.com
Le budget est évalué à 4,5 milliards de FCFA et la date arrêtée du 13 au 20 juillet 2013 à Brazzaville

Le Comité de direction du Festival Panafricain de Musique (FESPAM) a procédé le 28 juillet dernier à Brazzaville, au lancement des préparatifs de la 9ème édition de ce festival au cours d’une session ayant examiné son budget. La 9ème édition du FESPAM se déroulera du 13 au 20 juillet 2013 à Brazzaville, sur le thème « Les musiques africaines, vecteur d’authenticité et facteur d’émergence », a annoncé une source digne de foi. Le budget de la prochaine édition est évalué à 4,5 milliards de FCFA. A cet effet, le Comité a souhaité réévaluer le budget de fonctionnement du Commissariat général pour lui permettre de remplir pleinement ses missions. Selon le président du Comité, le ministre congolais de la culture et des arts, Jean-Claude Gakosso, le thème choisi répond au sursaut des pays émergents. « Après l’Asie et l’Amérique latine, le tour revient aujourd’hui à l’Afrique. Notre continent est en effet à son tour convoqué au rendez-vous de l’émergence. Emergence au-dessus des ténèbres de son interminable Moyen-âge. Emergence dans le cénacle du développement économique, du progrès social et de la raison », a-t-il précisé.

Au cours de cette session, une évaluation de la dernière édition avortée suite au drame du stade Félix-Eboué en juillet 2011 a été réalisée, afin de baliser la voie aux préparatifs de la prochaine édition, pour laquelle le gouvernement congolais a réitéré la pérennisation du festival. A la suite du drame du 9 juillet 2011, le gouvernement de la République du Congo nous avait chargés de réaffirmer aux yeux de l’Afrique et du monde son engagement à perpétuer et à pérenniser l’organisation de cette grande manifestation culturelle et scientifique, a rappelé le ministre Gakosso, tout en soulignant le fait que l’institution continue à bénéficier toujours du soutien de ses principaux partenaires. Après avoir relevé la nature spéciale du rapport général de la 8e édition rendant compte d’une édition particulière interrompue inopinément, le Comité de direction, tout en saluant la ferme volonté du président congolais, Denis Sassou-N’guesso, quant à l’organisation du FESPAM, a fait observer au Commissariat général du festival quelques faits liés au rôle du parrain d’une édition et les modalités de participation au Marché de la musique africaine. Il lui a été recommandé d’observer rigoureusement les critères de sélection des artistes ; de mettre en place une sécurité spécifique à l’événement et de rechercher des financements, grâce à la création d’un groupe de réflexion chargé de garantir le retour sur investissement.

A propos du rapport financier de l’édition précédente adopté avec amendements, les intervenants ont souligné la faiblesse des fonds provenant du sponsoring, le déséquilibre dans la répartition des masses et l’intégration des fonds issus des contrats d’échange des marchandises dans le budget du festival. Le lancement de la campagne nationale de promotion du FESPAM interviendra en avril 2013, sur le plan national à Gamboma dans le département des Plateaux, et au plan international, en mai prochain à Johannesburg en Afrique du Sud.