FESPAM 2013 : les ‘’Amazones de Guinée’’ émerveillent les Congolais !

article mise à jour : 17 juillet 2013
Il était 17h40mn hier lundi 15 juillet 2013, quand le premier orchestre 100% féminin africain, ‘’Les Amazones de Guinée’’ sont montées sur la scène du Festival Panafricain de Musique (FESPAM), au Centre Sportif de Makelekele, situé sur l’Avenue de l’OUA. Invitées par le Commissariat général du FESPAM, via le ministère guinéen de la Culture pour une participation à la 9ème édition de la fête panafricaine de la musique africaine et de sa diaspora, la délégation guinéenne, au cours de sa prestation scénique, a retenu l’attention de plus d’un Brazzavillois.

Ils étaient enchantés, étonnés et à la fois émerveillés du savoir-faire extraordinaire de ces musiciennes guinéennes. L’on pouvait entendre au milieu d’une foule curieuse et surexcitée : « Incroyable, elles jouent comme des hommes ! », ou encore, « elles sont exceptionnelles et jouent très bien… ». Venue très nombreuse pour soutenir leurs représentantes à ce FESPAM, malgré le Ramadan, la communauté guinéenne a voulu vivre l’événement. C’était en présence du Consul Honoraire de la Guinée au Congo, Son Excellence, M. Kourouma Norbert François. Pour l’encadreur technique de l’orchestre. Pour l’encadreur technique de l’orchestre, Sékou Kanté, dit ‘’Maitre Georges’’, dans l’ensemble, il est « satisfait techniquement de la prestation du groupe, malgré quelques soucis techniques au niveau des organisateurs ». Pour preuve, dira-t-il, « elles ont été ovationnées du premier titre au dernier : 1- ‘’bökhi Söré’’ (les soldats du pays) ; 2- ‘’Ndäri’’ ; 3- Une musique congolaise ‘’Töwolinini’’ ; 4- ‘’Samba’’ ». Aussi, a-t-il tenu à ajouter, « je suis satisfait de leur prestation surtout que parmi elles, il y avait quelques-unes qui étaient à leur premier voyage international, vu que l’orchestre a été rajeuni pour lui apporter du sang neuf ».

Du côté de M. Moussa Moïse Diabaté, manager de l’orchestre, même son de cloche. Après cette première prestation réussie de ses "protégées", il affirme que ce sont « des sentiments de satisfaction et de fierté ». Mentionnant au passage que tous ceux qui ont assisté à leur prestation, savent que « les Amazones méritent d’être encouragées et soutenues ». Et de souligner que toutes les ovations qui accompagnaient leurs prestations, « c’est un mérite pour les Amazones ».

S’agissant du Chef de la délégation guinéenne, M. Kerfalla Makanera, Conseiller juridique au ministère de la Culture guinéen, il a tout d’abord fustigé l’organisation : « depuis notre arrivée, pratiquement, du point de vue organisation, les choses n’ont pas marché comme cela se devait ». Mais, a-t-il insisté là-dessus, « grâce à l’assistance du Consul de la Guinée au Congo, on a pu avoir le moral ». Raison pour laquelle a-t-il estimé, "les Amazones ont affronté leur premier spectacle en ayant le moral au beau fixe. Grâce à cela, elles ont prouvé encore de par leur prestation, l’excellence de la culture guinéenne ». Avant de préciser que « c’est un sentiment de fierté qui m’anime ».

Et comme en guise d’appel aux autorités guinéennes, le Chef de la délégation, M. Kourouma Norbert François, affirme : « J’ai eu à le dire haut, que la culture, c’est le repère d’une nation. Qu’une nation se distingue par les traits essentiels qui sont : la culture, les us et les coutumes. La culture, c’est aussi un vecteur de développement, une base de développement porteuse de croissance ». De ce fait, « elle doit être considérée au même titre, si ce n’est même plus, que les mines, la santé, l’éducation, etc. »

Selon le Conseiller juridique au ministère guinéen de la culture, « les Amazones ont encore prouvé à la face du monde qu’elles sont une légende, c’est une fierté pour la Guinée ». Pour sa part, le Consul Honoraire de la Guinée au Congo, Son Excellence M. Kourouma Norbert François, hormis l’expression de ses sentiments de « satisfaction et fierté », a précisé que la prestation des Amazones de Guinée a été un « honneur » pour lui en sa qualité de Consul au Congo.

Programmées pour leur deuxième passage demain mercredi 17 juillet sur l’esplanade de la télévision congolaise, dans le quartier ‘’Kombo’’, l’Adjudant Yaya Kouyaté, guitariste soliste et chef d’orchestre, ne mâche pas ses mots : « nous sommes conscientes d’une chose, nous sommes venues représenter tout un peuple, toute une nation, la Guinée. Donc sur ce, nous sommes venues fin prêtes pour casser tout ! Défier les hommes ! C’est pourquoi je ne suis pas du tout surprise de la joie qu’exprime le public vis-à-vis de notre prestation…c’est parce que nous sommes venues prêtes pour cela ».

Laissant entendre que leur première sortie était « la fumée, il reste le feu derrière », elle affirme que les Amazones réservent « une grande surprise ! ». Alors pour ceux qui se sont absentés lors de leur premier passage, ils pourront se rattraper demain mercredi 16 juillet, sur l’autre scène du FESPAM, ‘’l’Esplanade de Kombo (CNRTV)’’, à partir de 16 heures.

La délégation guinéenne, composée des Amazones de Guinée, et conduite par M. Makanera Kerfalla, Conseiller juridique au ministère de la Culture et du Patrimoine historique, est arrivée au petit matin du vendredi 12 juillet à l’aéroport ‘’Maya Maya’’ de Brazzaville. Elle a été reçue à l’aéroport par le Consul Honoraire de la Guinée au Congo, pour être ensuite logée à l’hôtel ‘’Mercure’’, situé sur l’avenue de l’Amitié.

In Guineeconakry.info