Fanatic : la Nouvelle sensation du Rap africain

article mise à jour : 12 juillet 2013
Anthony Brault à l’état civil, Fanatic, comme nom de scène, est un rappeur qui monte. Il demeure un vrai passionné de Hip Hop. Jeune prodige, Fanatic aurait pu être un footballeur. A 16 ans, il raccroche ses études pour intégrer le centre de formation Aldo Gentina par excellence, où évoluent les plus grands espoirs du foot.


Jeune, il rêvait de devenir footballeur professionnel. Après une blessure à l’âge de dix-sept ans, il renonce à cette vocation pour finalement opter pour la musique, le Rap dont il est fanatique. Un passage éphémère dans le groupe ‘’Diziz la Mafia’’ avec ses acolytes Flexta de la Mafia, Nafstone, et Le Bah, réveille son talent de rappeur.

Zoom sur un rappeur au succès grandissant. Fanatic, le White bledar !

Né à Cannes en France, Fanatic grandit entre la France, la Guinée, le Sénégal et le Mali. Rien ne prédestinait un avenir dans la musique pour ce jeune. A Dakar, Fanatic connait une dèche et côtoie des Groupes de rap sénégalais, notamment Chronick 2h, LZ3. ‘’La musique était pour moi une thérapie qui m’incitait à me battre pour avancer dans ma vie.’’ raconte-t-il. Ajoutant : ‘’ ‘’Je vivais dans une chambre où l’on dormait à quatre serrés comme des sardines. Nos toilettes sentaient la mort. Personne n’aimait vivre dans ce milieu-là’’.

Après avoir enregistré plusieurs singles qui, malheureusement ne verront pas le jour, faute de moyens, Fanatic surfe de désespoir en désespoir. Mais ne baisse pas les bras. Les événements se sont alors rapidement enchaînés jusqu’au jour où une rencontre va l’ouvrir les portes de la musique. Celle avec le rappeur, La Fouine, venu pour un concert à Dakar en 2007. La Fouine, dans son programme, a prévu de faire un tour au Titan ex-discothèque de Dakar. Dans cette boîte, animait Eduardo, un ami de Fanatic. Comptant sur cette connaissance pour voir La Fouine, Fanatic se voit refuser l’accès à la boîte par son propre ami (Eduardo), car mal habillé ce jour-là.

Déçu, il décide de quitter les lieux. Soudain, il aperçoit le rappeur à la barbichette, La Fouine, et l’appelle. ‘’J’ai aperçu La Fouine et je l’ai appelé. Intimidé, je suis resté quelques secondes en train de le fixer. C’est là qu’il me dit : ma Gueule comment tu t’appelles ?, et je lui répondu Fanatic’’ se souvient le White Bledar.

C’est ainsi que La Fouine décide de lui donner un coup de pouce. Une occasion pour Fanatic de s’envoler pour la France où il fait connaissance avec des beats markers de renoms notamment Animal Son, Canardo, Half Beat. Son séjour parisien lui a également permis de rencontrer des pionniers du rap français et de travailler dans les plus grands studios de la France.

A l’Hexagone, Fanatic doit bosser pour s’imposer. Pas de cadeaux dans ce milieu. Malgré sa volonté d’aller au bout de ses rêves, le rappeur n’arrive pas à supporter ses charges et se retrouve sans toit, ni argent. Obligé de quitter la France, il atterrit en Guinée. La chance lui sourit, une opportunité de job se présente. Il décroche ce job et s’enrichit peu à peu. Fanatic goute ainsi aux délices de la vie et met un terme à sa musique. ‘’J’avais tellement d’argent que j’oubliais d’où je venais. Les voyages, les sorties avec les mannequins étaient mes activités préférées. Je suis devenu une autre personne. Un jour, la réalité m’a rattrapé, j’ai tout perdu à nouveau’’ raconte-t-il avec une voix caverneuse.

Après cet épisode, Fanatic redescend sur terre et réalise que seule la musique pouvait lui rendre heureux. Fauché, il replonge dans sa passion, la musique et repart en France. Averti, il met de l’argent à côté pour financer ses projets musicaux.

Le travail finit par payer, il cuisine son album ‘’Bad life’’ à Paris avec le Beat maker, Animal Son qui mixe également pour la Fouine et le Duc de Boulogne, Booba. Sur cet album, il choisit Evaris, l’ingénieur de son des P-Square et Magic Systems.

Aujourd’hui le rappeur réside à Conakry, où il travaille dans une grande entreprise de la place. La vie du white bledard est partagée entre son boulot et ses projets solo. Indépendant musicalement, il enregistre dans son propre label King Skull Production. Sur la question d’allier la vie d’artiste à celle d’employé d’une entreprise. Fanatic confie : “Je vis ici, les choses se passent plutôt bien, j’arrive à allier ma vie professionnelle avec celle d’artiste”.

Son morceau ‘’Oui tu peux’’ tourne sur le net et dans Conakry. Un tube retentissant, selon certains connaisseurs de la musique urbaine. Un travail sur le visuel de ce morceau est en cours. En attendant, le jeune rappeur se produit en première partie dans la plupart des concerts dans la capitale. Sa dernière prestation sur scène remonte à l’arrivée de La Fouine à Conakry, le 1er juin 2013 sur l’esplanade du palais du peuple, où il a assuré avec les couleurs Rouge-jaune-vert, devant de milliers de mélomanes.

Son prochain album baptisé ‘’King of Africa’’ dépeint les joies et peines de l’artiste qu’il est. Autres thématiques abordés dans cet album, son combat pour représenter l’Afrique en brisant toutes les frontières. Il arbore fièrement le drapeau de la liberté, un véritable symbole de lutte contre les inégalités, la discrimination et le racisme. Une valeur sure du Rap sur laquelle il faudrait absolument miser !