Fêtes de fin d’année : Les imams prêchent dans le désert.

article mise à jour : 25 décembre 2012
La jeunesse guinéenne est de plus en plus versée dans la célébration des fêtes chrétiennes, avec à la clé, des écarts de conduite de tout genre. Et à l’approche de ces fêtes de fin d’année, les imams ont toujours tenté dans leurs prêches de ramener les jeunes musulmans à la raison, quant à la manière dont ils se comportent, en vain.

Sans nul doute, la Guinée est un pays à majorité musulmane, mais avec quel type de pratique La grande inconnue. Dans les différentes mosquées du pays, le constat qui se dégage chez les imams est amer. La jeunesse musulmane est complètement à la dérive, surtout quand il s’agit des fêtes carillonnées de l’ère chrétienne.

Depuis près de deux décennies maintenant, les enfants des musulmans s’investissent beaucoup plus dans ces fêtes qu’ils ne le font lors des fêtes de leur religion.

Les érudits en islam, parlant au nom du saint coran, affirment sans ambages qu’il est interdit pour un musulman de s’associer aux chrétiens pour célébrer quoi que ce soit dans les anniversaires du calendrier Grégorien.

Pour ces imams, souhaiter joyeux noël ou bonne année à quelqu’un, n’est pas un mal en soit. Mais au delà, c’est la dépravation des mœurs dont l’habitude s’est incrustée à la jeunesse musulmane, lors de ces fêtes chrétiennes.

Bref toutes pratiques immorales ou malsaines interdites par l’islam, se collent à cette jeunesse comme une deuxième peau. Comme on le voit, cette situation ressemble un peu à un conflit de générations.

Les imams ont beau prêcher, les jeunes eux, ne l’entendent pas de cette oreille.