Film du mois : “Identité pour l’Afrique”

Publié par : Amara Nabé •  article mise à jour : 12 décembre 2017
Film du mois : “Identité pour l’Afrique”

Le film de mois de décembre est “Identité pour l’Afrique” sur Pr Joseph Ki-Zerbo, un intellectuel panafricaniste burkinabè qui fut le premier professeur agrégé d’histoire africain. C’est un film de 52 minutes qui a été managé par Dani Kouyaté et produit par le Centre d’Étude pour le Développement Africaine (CEDA) –– une institution panafricaniste.

Pr Joseph Ki-Zerbo est un historien et homme politique burkinabè de renommée internationale. Il est au cœur de ce film documentaire qui n’a pas prétention d’être un portrait du personnage. C’est avant tout un documentaire de mémoire et de réflexion sur le passé lointain et récent de l’Afrique. Les éclairages que ce premier agrégé africain en histoire y apporte à travers un jeu de questions-réponses sur les thèmes des identités ; de l’identité et de l’unité africain, révèlent cependant combien il est difficile de dissocier l’œuvre du professeur de l’histoire de continent marquée par des personnalités comme Patrice Lumumba, Kwame Nkrumah, Amilcar Cabral, Haillé Sélassié, Sékou Touré, Ahmed Ben Bella, Modibo Keita, etc, qu’il a côtoyées.

Les propos de Pr Joseph Ki-Zerbo, confrontés aux images d’archives contemporaines du continent, aux témoignages d’histoires, d’hommes politiques, de compagnons et d’amis, ainsi que de son épouse Jacqueline Ki-Zerbo, résonnent comme un appel à la renaissance de l’Afrique et à la nécessité pour les Africains d’assumer leurs identités positives tout en affirmant leur communauté de destin face aux défis de la mondialisation. “L’identité c’est ce qui constitue quelqu’un dans un rôle assumé”, Pr Joseph Ki-Zerbo.

Le film contient témoignages des plusieurs intellectuels africains en l’occurrence de Pr Elikia Mbokolo, Pr Mathar Mbow, Jacqueline Ki-Zerbo, Pr Iba Der Thiam et Pr Alpha Oumar Konaré. En fait, les témoignages affirment les pensées de Pr Ki-Zerbo. Par exemple : l’intellectuel n’est pas le diplômé, c’est lui qui est intelligent et étudie des problèmes autour de lui pour avoir des solutions pour le bien-être de son peuple ;
Prénations existait au sein de certaines ethnies en Afrique, comme les Ashantis et Mossis, mais on n’a pas eu du temps de bâtir ces prénations aux nations ;
Il faut conjuguer le nationalisme avec le panafricanisme ;
Un intellectuel est compétent dans son demain et qui l’élargie ;
On ne développe pas, on se développe.

La cérémonie a pris fin, environ 20 h 30, par la rémise des ouvrages guinéens par le le Président des Écrivains Guinéens, M. Lamine Capi Kamara, aux trois membres de la délégation burkinabè.

Amara Nabé
Email : amaranabey@gmail.com