Guinée : Sous les verrous de la Révolution Autobiographie Par Lamine Kamara (Paris : L’Harmattan-Guinée, 2011)

article mise à jour : 9 mars 2015
Je connais Lamine Kamara physiquement, je l’ai même côtoyé un moment quand il était Secrétaire Général Adjoint de la Commission nationale guinéenne pour l’Unesco. C’est après qu’il a été promu Secrétaire Général de la même institution, puis Ambassadeur enfin Ministre.

La connaissance superficielle que j’avais de l’homme cède maintenant le pas à une connaissance un peu plus profonde, je dirais même plus séduisante et plus respectueuse après ma lecture de ‘’ Guinée : Sous les verrous de la Révolution’’. C’est un roman qui présente une tranche de la vie de l’auteur, ses années de prison suite à l’agression portugaise du 22 novembre 1970 contre la République de Guinée, agression qui avait suscité alors la plus large et la plus cynique des purges politiques jamais exercées dans la Guinée indépendante.
Dans un récit très captivant, plein d’humour, d’observations poignantes, Lamine Kamara décrit l’atmosphère qui prévalait en ces heures difficiles dans le pays. Des nombreux ouvrages que j’ai lus sur cette période de notre histoire, ce livre est l’un de ceux qu’il faut absolument avoir lus, car il nous fait toucher du doigt la face hideuse du régime qui a régenté la Guinée vingt six ans durant. La folie meurtrière que soutenait la révolution ’’pédégiste ‘’ n’a épargné aucune ethnie ni aucune couche socioprofessionnelle, tout le peuple en a pâti d’une manière ou d’une autre dans son esprit ou dans sa chair.
Pardonner à ses bourreaux est cependant la grande leçon que Lamine a apprise au bout de son séjour de sept ans en enfer, et qu’il nous enseigne. Pardonner oui, mais il nous faut d’abord connaitre à fond ce qui est arrivé, ce que ce témoignage et bien d’autres nous aident à faire. Pardonner mais surtout lutter pour que jamais plus ces horreurs ne se reproduisent sur notre sol.

Walaoulou BILIVOGUI