Henri Lopes, décoré docteur honoris causa par l’Université de Sonfonia

article mise à jour : 24 avril 2013
Après l’Université Paris XII en 1993 et celle de Québec en 2002, c’est au tour de la Guinée à travers l’université Général Lansana Conté de Sonfonia d’octroyer le titre de docteur honoris causa à Henri Lopes, invité d’honneur de l’édition 2013 des 72 Heures du livre. La cérémonie de remise de cette distinction honorifique a eu lieu ce mercredi 24 avril dans l’enceinte de l’université Général Lansana Conté de Sonfonia.

En effet, le Doctorat Honoris Causa est une marque honorifique de distinction offerte à une personnalité conféré à des personnalités de renommée nationale ou internationale. Il souligne leur contribution exceptionnelle à un domaine en particulier, qu’il soit scientifique, artistique, culturel, économique ou politique.

Le porte-parole du comité scientifique de l’université de Sonfonia, a dans son discours rappelé le parcours de Henri Lopes pour mettre en évidence le fait que son profit le range bien dans la catégorie de ces personnalités éminentes. Selon lui, Henri Lopes a rendu d’énormes services non seulement à son Congo natal, mais aussi et surtout à l’Afrique contemporaine dans les domaines de la politique, la diplomatie et de la littérature. Au cours de sa brillante carrière souligne-t-il, Henri Lopes a su faire preuve d’auteur parmi les plus féconds de son temps.

En décernant ce doctorat honoris causa à Henri Lopes, l’université Général Lansana Conté tient à apporter sa part de reconnaissance à l’importance et à la qualité des services rendus par Henri Lopes en faveur de l’Afrique toute entière.

Visiblement ému de recevoir cette distinction, Henri Lopes est d’ores-et-déjà érigé en modèle aux yeux de la jeunesse universitaire pour son combat mené en faveur de l’émancipation et du développement de l’Afrique. Son nom est désormais inscrit dans les anales de l’université General Lansana Conté de Sonfonia comme étant le premier récipiendaire de cette prestigieuse distinction honorifique.

Le parcours de Henri Lopes

Né à Léopoldville au Congo belge (République démocratique du Congo), Henri Lopes, figure marquante de la littérature négro-africaine d’expression française, joue aussi un rôle de premier plan comme homme politique, haut fonctionnaire international et diplomate. Diplômé de la Sorbonne, a d’abord enseigné dans son pays, à l’École normale supérieure d’Afrique centrale à Brazzaville, puis a été directeur général de l’enseignement, pour être ensuite affecté à des fonctions politiques au sein du gouvernement congolais. Ainsi, sera-t-il successivement ministre de l’Éducation nationale, ministre des Affaires étrangères, premier ministre et ministre des Finances. En 1981, il rejoint l’UNESCO qu’il servira pendant près de 20 ans, notamment comme sous-directeur général pour la culture et la communication et comme directeur général adjoint pour l’Afrique.

Tout en assumant ces importantes fonctions, Henri Lopes mène une carrière littéraire remarquable. En effet, il est l’un des écrivains africains les plus réputés de sa génération. Traduite en neuf langues, son œuvre, composée d’un recueil de nouvelles et de sept romans, lui vaut de nombreux éloges de la critique. L’œuvre romanesque de Henri Lopes est avant tout une interrogation sur les identités : l’identité africaine en tant que produit historique, l’identité de la femme africaine vivant dans un contexte où cohabitent tradition et modernité, l’identité du métis aussi bien sur le plan biologique que sur le plan culturel.

Les écrivains congolais considèrent Henri Lopes, leur compatriote, comme leur aîné dans le domaine de la création littéraire, tandis que le monde francophone le classe parmi les grands écrivains africains. D’ailleurs, il obtient à deux reprises le Grand Prix littéraire de l’Afrique noire (1972 et 1990), attribué par l’Association des écrivains de langue française. En 1993, il reçoit également de l’Académie française le Grand Prix de la francophonie pour l’ensemble de son œuvre, ainsi qu’un doctorat honoris causa de l’Université Paris XII.

En 1998, Henri Lopes devient ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Congo à Paris, Londres, Madrid et Lisbonne et auprès du Saint-Siège. Plus récemment, en janvier 2002, il publie un nouveau roman intitulé Dossier classé, dans lequel il poursuit la quête de l’âme africaine et du mariage des cultures entreprise avec le premier de ses livres, Tribaliques.