Interview du jeune artiste comédien Sentinelle. « Seul la bénédiction de tes parents peut te conduire sur le bon chemin »

article mise à jour : 11 août 2011
Il s’agit là du plus jeune comédien dans ce métier. Il est devenu commandement de sa génération à l’âge de huit ans. Incroyable non ? Bon tout ce qui tourne autour de ce mystérieux comédien est décortiquer dans cette interview que Guinée Culture vous offre. Découvrez les débuts, les difficultés ainsi que les espoirs de Sentinelle. Lisez plutôt

Guinée Culture : Bonjour monsieur Sentinelle présentez vous à nos lecteur ?

Sentinelle : Je m’appelle Ibrahima Sory Conté connu sous le nom ‘’Soori’’ officier Sentinelle commandant de ma génération formation académique militaire. Je suis né le 12 décembre 2003 à Conakry dans le quartier Simanbossia. Je suis un jeune Comédien artiste issu d’une famille musulmane de la communauté Soussou.

Comment êtes vous venu dans la comédie ?

Je suis venu dans la comédie par plaisir. Parce que c’était mon rêve. Je suis dans ça grâce à mon grand, c’est lui qui m’a fait rentrer dans la comédie. Il m’a demandé si je peux faire la comédie, je lui ai dit oui je pourrai le faire. Au fur à mesure que je faisais la comédie, je produisais des films. Au moment où je vous parle j’ai huit (8) films sur le marché. C’est dans ces différents films que j’ai eu le sobriquet “Sentinelle”. J’ai eu à faire les films : Moukaly, Sentinelle1, Anti-balle, Anti-esprit, DG Jah fiston, M’madi tôrè, Bôkhi fé1, Bôkhi fé2 et Sentinelle suite. Après avoir fait tous ces films là, je me suis dit pourquoi pas faire la musique ? Je suis venu proposer cette idée à mon manager Daouda Camara connu sous le nom de David qui m’a demandé est ce que tu pourra chanter je lui ai dit oui. Et on a composé les textes, on les a répétés et aujourd’hui on a un album sur le marché.

C’est quoi la comédie pour toi ?

Pour moi la comédie c’est ma vie. Donc je veux vous dire que j’ai fait la comédie parce que c’est mon rêve. Je me suis lancé dans la comédie pour imiter mes grands comme les Moussa Kofoye, les Mamadou Thog, les Kabakoudou et tant d’autres qui font la fierté de la culture guinéenne. Mon rêve était de faire la comédie aujourd’hui, je le fait Dieu merci.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?

Ma source d’inspiration c’est tout ce qui se passe dans la nature. Quand je vois quelque chose qui attire mon attention, je viens et je propose l’idée à mon manager. Il exploite le scénario et on fait le film. Je m’inspire des comportements des uns et des autres pour faire mes films.

Après avoir adhérer à la comédie et la musique, quelle était la réaction de tes parents ?

Ils étaient très contents de me voir faire la comédie. Mais leur inquiétude était au niveau des mes études. Si je n’allais pas abandonner l’école au profit de la comédie. Je leur ai promis que je ne ais jamais abandonner l’école. Pour les satisfaire j’ai établi un emploi pour la comédie, pour la musique et un autre pour l’école. Pendant les vacances, je fais la comédie et la musique en faisant la répétition avec mon staff. Dès l’ouverture des classes je mets tout ça d’abord de côté et je suis les cours comme cela se doit.

Quels sont les problèmes que vous rencontrez dans la composition du scénario ?

On a des sérieux problèmes, quand on compose les scénarios ou bien la musique ou c’est les acteurs ont besoin des accoutrements, du manger et tout ça c’est mon manager qui se débrouille pour le faire. Et il est difficile d’avoir les personnes de bonne volonté pour appuyer les gens. Et en Guinée, ce n’est pas facile d’évoluer, toi tu te débrouille pour monter un scénario avec une somme de 4 ou 5 million et tu va chez le producteur il te dit qu’il prend ton film à 1million. Donc il n’y a pas des producteurs en Guinée mais plutôt des commerçants.

Quels sont tes projets d’avenir ?

Je veux être une grande star comme Michel Jackson pour faire inscrire mon nom sur l’échiquier national et international en matière de la culture et des œuvres artistique. Et je veux être aussi Président de la République de Guinée. Parce que n’oubliez pas que les hommes de la culture aussi ont leur rôle dans la mise en place d’une République unie et prospère. Je conseillerai aussi mes amis qui veulent être comme moi de mettre les études en avant, de ne pas abandonner l’école parce que c’est là l’avenir d’un Homme. Mais aussi de respecter les parents. Seuls les bénédictions de tes parents peuvent te conduire sur le bon chemin.

Quel est ton dernier mot ?

Je vous remercie vous d’abord et je remercie Papa et Maman qui m’ont soutenu sans faille. Et je remercie aussi mon manager Daouda Camara qui n’a ménagé aucun effort pour ma réussite. Je remercie tous ceux et toutes celles qui de près ou de loin m’ont soutenu dans mes œuvres.