Jamel Debbouze, humouriste et acteur : « Après 25 ans de carrière, il est temps de se faire connaître dans d’autres pays »

article mise à jour : 29 mars 2013
Après Abidjan, c’était au tour de Dakar de recevoir le célèbre humoriste français d’origine marocaine, Jamel Debbouze. Après 25 ans de carrière, l’artiste part désormais à la conquête d’autres publics du monde et pourquoi ne pas monter un Dakar Comedy club, à l’instar de son initiative parisienne.

L’humoriste franco-marocain, Jamel Debbouze, a foulé la terre sénégalaise, le lundi 25 mars 2013, veille de son show au Grand-théâtre. ’’Comme c’est la première fois que je viens au Sénégal, je vais me fondre dans la masse et essayer d’apporter quelque chose d’original. Les Sénégalais ont envie de découvrir mon univers et je vais essayer de vous laisser une jolie trace’’, a lancé Jamel, quelques heures avant de monter sur scène, tout en soutenant que le live est quelque chose qui n’a rien à voir avec le reste.

’’Je n’ai pas de plan de carrière. Je n’ai jamais réfléchi sur ce que je fais. Je le fais par envie et pour le moment, tout s’est bien passé, Al hamdoulilah’’, a-t-il dit. Et de poursuivre, ’’Grâce à mes spectacles, nous sommes même arrivés à un moment où, en France, on nous considère. Ceci n’a pas été le cas pour nos parents et moins nos grands parents. Nous sommes une génération qui n’a pas beaucoup subi. Et moi, je fais partie de ceux qui l’ont revendiqué et affirmé haut et fort’’
.
Tout cela coule, en lui, naturellement. La main dans sa poche, il fait le pitre sur commande. Il ne mâche pas ses mots, mais ne dérape pas. Cet humour, il confie l’avoir hérité de sa maman marocaine qui les faisait toujours marrer pour oublier la galère dans laquelle lui et ses frères vivaient à Trappes (Yvelines), en banlieue parisienne. ’’C’est ma mère qui a été la première à me faire rire. Elle nous faisait beaucoup rigoler en imitant soit mon oncle soit mon grand-père et aussi en improvisant le ramadan, « ramadan surprise’’, a-t-il relaté.

’’Aujourd’hui, si je prends du recul et si je dois l’analyser, je me rends compte que c’était pour dédramatiser. Car, durant l’enfance, nous vivions des choses dures, une situation précaire et, à son niveau, elle faisait de telle sorte que nous ne le remarquions jamais’’, s’est rappelé Jamel.

Aussi, il dit avoir été influencé par l’humoriste américain Richard Franklin Pryor qui était une idole pour lui. ’’J’ai voulu ressembler à Richard Pryor. Il m’a d’ailleurs beaucoup influencé. Il est pour moi le maximum de la référence’’, a-t-il confié.

Né en juin 1975 à Paris, Jamel Debouze a commencé à faire de la comédie en classe de 6ème, au collège, à l’âge de 13 ans. Il s’est vite professionnalisé pour être ce qu’il est aujourd’hui, un acteur et humoriste international. Remarqué par Alain Degois, directeur de compagnie théâtrale d’improvisation, « Declic théâtre » de Trappes, Jamel Debbouze fait ses débuts au théâtre et va en finale du championnat de France junior de la Ligue d’improvisation française.
En 1995, il est repéré par les patrons de Radio Nova, Jacques Massadian et Jean François Bizot, qui vont le rendre célèbre. Il a débuté alors sur Radio Nova, avec sa chronique « le cinéma de Jamel ». Puis il a fait ses débuts télévisuels vers 1996, sur Paris première. Par la suite, Jamel a lancé la version télévisée du Cinéma de Jamel sur Canal+ en 1998. Sur cette même chaîne, il a participé peu après à la série à succès, « H », aux côtés, entre autres, des comiques Eric et Ramzy.

Acteur, il a joué dans les films comme « Le fabuleux destin d’Amélie Poulain », en 2001, et « Astérix et Obélix : mission Cléopâtre » en 2002, ou encore « Indigènes » qui rend hommage aux soldats nord-africains ayant combattu pour la France pendant la Seconde guerre mondiale.

’’Je suis très heureux de l’opportunité que m’offre la vie. Je la prends à bras le corps. Aujourd’hui, avec le Jamel Comedy club que j’ai créé en 2008 et le Festival du rire que j’organise à Marrakech depuis 2011, on découvre davantage de personnes. Franchement, je suis maître de moi-même’’, s’est réjoui l’artiste.

L’idée d’un Dakar comedy club

Pour Jamel, ces exploits et réalisations ne suffisent pas. Il faut encore aller loin et découvrir d’autres cieux afin d’exploiter des terrains inattendus. ’’Après 25 ans de carrière, je trouve qu’il était vraiment temps de se faire connaître dans les autres pays du monde. J’aime rencontrer les gens. Cette symbiose, ce brassage, me donne de l’inspiration. Aussi, elle me permet de rester en face de ce qui se passe’’, a-t-il informé.

’’Tout comme le Comedy club de Paris, j’aurai bien voulu monter un Dakar Comedy club, car en France, on a beaucoup de Sénégalais qui, comme moi, sont nés en France et qui ont laissé toute leur culture et qui ont un style particulier qui est prompt au Français d’origine sénégalaise’’, a déclaré Jamel.

Toutefois, il ne manquera pas d’encourager les Sénégalais à mettre sur pied un centre cinématographique sénégalais avec un fond qui aiderait les gens qui ont du talent et qui, à leur tour, vont pouvoir faire la promotion du pays. ’’Un film, une musique bien orchestrée, peut s’exporter bien et développer le tourisme. Il ne faut pas négliger les arts, et sous toutes ses formes’’, a-t-il suggéré.