Journée internationale de la paix

article mise à jour : 23 septembre 2015
Une riche session de slam en ce lundi 21 septembre à l’Harmattan Guinée

A l’occasion de la journée internationale de la paix en ce lundi 21 septembre, une riche et garnie session de slam s’est tenue à l’Harmattan Guinée en début de soirée en présence de slameurs professionnels, de membres du Lion’s Club et d’autres invités friands et affamés de rimes et de vers. Les slameurs ont chanté et déclamé avec foi profonde la paix dans un style de leur création propre. Que de mots qui apaisent !

Lundi de l’Harmattan à l’harmattan. 18 heures. Les slameurs s’installent, les invités aussi. Le temps de quelques messages de paix du Lion’s Club, place aux mots de la slam session.

’’Yaya Kassey’’ du groupe ’’Les paroliers du Sud’’ lunettes au visage se jette le premier à l’eau. Il slame sur la paix et la dignité. Gestes de mains et micro à la main, Yaya Kassey crachote les mots et pose ses vers. Plus qu’attentif, le public immortalise par prises de photos les lyrics par saccade du parolier.

Ensuite le tour à Mariam Diallo la ’’Lady Slam’’ fière d’être ’’black’’ dans son slam. La rimeuse ne fait pas de cadeau, elle use des mots, les manie à volonté et cède la scène à Master Slam. La paix est le thème de son slam. Retour dans le temps à l’époque de l’indépendance. Master Slam ressasse le vécu. Il dit en poular son souhait d’une Guinée de paix, débarrassée de tout mal. Il slam sur le réchauffement climatique, chante les grâces et les beautés de la nature qu’il faut absolument sauvée.
La session de slam se poursuit, les slameurs se succèdent, passent et repassent avec toujours plus d’inspiration et de beaux vers. L’auditoire ne s’empêche de les ovationner avec mérite.

Barry Slam chante la paix et l’amour. Contre la guerre, il dit sa soif de paix pour le monde. Ce pacifiste incompris déborde de rage quand il dénonce et crie en vain à l’aide.
Le slameur Modjo a une pensée pour les innocents que l’on blâme. Banks Live dédie le sien intitulé ’’paix et dignité pour tous’’ à la jeunesse guinéenne.

Le groupe de slameurs ’’J-art-icule’’ pansent les maux avec les mots lorsqu’il évoque le terrible mal qu’engendre la guerre.
Les slameurs rivalisent d’ardeur pour psalmodier au nom de la paix. Les prestations aussi belles les unes que les autres se succèdent, l’auditoire est émerveillé. Ces slameurs incarnent la paix, ils sont eux-mêmes les mots.
Fous de slam, slam de pro, tous sont unanimes : la paix doit nous habiter.
Des messages de paix et des déclamations de poèmes ont enrichis la magnifique session de slam. Doumbouya du Club littéraire du centre culturel Franco-Guinéen, Mohamed Lamine Camara assistant d’édition à l’Harmattan-Guinée, Oumou Diaby ainsi que Madjou et Hamid Kichki pour ne citer qu’eux ont magnifié la paix. Une paix si chère !

Ausmin