Kandia Kora, la nouvelle coqueluche de la musique Guinéenne

article mise à jour : 16 janvier 2014
Kandia fait partie de cette jeunesse guinéenne qui a grandi bercée au son du rap, du r&b, du reggae...
PNG - 129.1 ko

La musique de son clan (fils du griot M’Bady Kouyaté) devra dès lors s’adapter à ces nouveaux rythmes. Comme son frère Sekou du groupe Ba Cissoko, Kandia est un virtuose de la kora. Comme lui aussi, il sait conjuguer tradition et modernité en insufflant des mélodies ragga et hip hop à son instrument.

La rencontre avec Zeid Hamdan, musicien et producteur de la scène underground libanaise, lors d’une tournée à Conakry à l’occasion de la deuxième et troisième édition du Festival de Kora et Cordes est à l’origine du projet Kandia Kora.

Issu de la nouvelle scène électro qui émerge actuellement au Moyen-Orient, Zeid Hamdan distille une musique sensuelle et mélancolique et donne un joli souffle de lyrisme à la musique de Kandia. Ces artistes venus d’univers si différents ont su instaurer entre eux un dialogue musical.

Quatre rencontres entre ces musiciens, quatre résidences de création et une quinzaine de concerts (Guinée, Algérie, France) organisés par l’association Nuits Métis ont permis la finalisation d’un projet artistique résolument tourné vers la musique actuelle. Un mélange Hip Hop, Ragga avec des touches folk acoustiques, une voix transcendante, des sonorités nouvelles mêlant la Kora avec une production sonore de qualité…

Une seule date pour le voir, c’est le 15 février 2014 au palais du Peuple à l’occasion de la sortie de son tout premier album N’djirabamadi.

1 photos