L’ironie du sort des chûtes de Sâala !

article mise à jour : 8 septembre 2011
Elles se situent à environ 1h 30mn de Labé (30 km mais la piste est mauvaise), elles constituent un magnifique point de pique nique et de baignade, encore sauvage. L’accès se fait par la route sud qui mène à Lélouma ; l’embranchement se trouve sur la gauche, 3 km avant le village de Diari. Ces chutes de Sâala sont constituées par un affluent du konkouré et se nichent dans un cirque naturel aux rives boisées et peuplées de singes (notamment des chimpanzés). Cet endroit est dans un piteux état d’abandon malgré que ce site regorge d’immense potentialité touristique, naturelle et archéologique pour la Guinée surtout pour la localité.

‘’ Souma ‘’ d’après le nom qu’attribuent les villages environnants, les chûtes Sâala est une vaste étendue d’eau et de cascade d’un des affluents du Konkouré qui prend sa source dans les massifs du Fouta et se jette dans l’océan atlantique. Ce site possède un ensemble de cases pouvant héberger une dizaine de touristes pour un séjour. Ce complexe a vu le jour grâce à la coopération franco guinéenne par la filiale d’une d’une Organisation Non Gouvernementale.
Cette vaste étendue d’eau zigzagante et de vu panoramique est composée de deux grandes piscines naturelles et se termine par une extraordinaire chute d’eau de 200 à 250 mètres de profondeurs. Une vérification qui fut réalisé par des experts étrangers lors d’une visite touristique. Cependant, d’après Razak, le guide touristique du site le site renferme une variété d’espèces d’animaux à cause du point d’eau. On rencontre des oiseaux et des groupes de singes sauvages. Il continue en ces termes : « je vais aussi vous dire que ce site est d’une richesse archéologique parce que les objets que j’ai trouvé sur place date d’une époque très ancienne, des objets d’une civilisation préhistorique si on tient compte de la forme des pierres taillés retrouvés ». Mais malheureusement cette chute est très difficile à pratiquer à cause du mauvais état de la route et du pont facilitant la circulation des visiteurs qui y va dans l’intérêt du développement du tourisme Guinéen en général et en particulier permet l’épanouissement de ces riverain.

Ce site pour l’instant non valoriser recèle une importante attraction touristique qui accroche le visiteur. elles cachent dans le tréfonds des mystères avec plus de 7225 espèces d’oiseaux.
De quoi développer suffisamment le tourisme ornithologique qui fait déjà la fierté de l’Afrique de Sud avec seulement une douzaine d’espèces.

La population riveraine noue l’espoir que ce nouveau gouvernement saura remédié à ce problème et promouvoir le secteur du tourisme en Guinée pour qu’un jour cet endroit trouve la place qu’il mérite .

1 photos