La 3e Nollywood Week explore le cinéma nigérian

article mise à jour : 5 juin 2015
Dix films sont au programme. Le coup d’envoi a été donné jeudi 4 juin au soir avec Jimmy Goes to Nollywood au cinéma L’Arlequin à Paris. Du 5 au 8 juin, la troisième édition de la Nollywood Week vise à faire connaître l’industrie du cinéma nigérian, désormais classée deuxième dans le monde en nombre de films produits par an, après Bollywood, et avant Hollywood.

Jimmy Goes to Nollywood, c’était le film d’ouverture de la Nollywood Week à Paris hier soir. Un documentaire de l’acteur haïtien Jimmy Jean-Louis, parti caméra au poing à Lagos prendre la mesure du boom du cinéma nigérian. Le phénomène Nollywood, ce sont 2 000 films produits par an, un énorme succès, en Afrique, et auprès de la diaspora. Des stars comme Genevieve Nnaji, Omotola Jalade Ekeinde ou Ramsey Nouah...

Des budgets qui augmentent

Nollywood, le nom est apparu au début des années 1990 pour qualifier ces films tournés avec des bouts de ficelles, un caméscope, 10 000 dollars de budget tout au plus, des scénarios à l’eau de rose, des acteurs qui surjouent. Ce sont encore les ingrédients de nombre de ces films produits à Lagos, mais depuis de vrais réalisateurs ont aussi émergé, travaillant avec des équipes techniques mieux formées et des budgets qui augmentent.

Un New Nollywood de qualité

On parle là-bas de la naissance d’un « New Nollywood » de qualité, celui qu’entend faire connaître la Nollywood Week. Dix films sont projetés jusqu’à dimanche au cinéma l’Arlequin à Paris. De la comédie au drame en passant par le thriller et même cette année le film d’horreur. Des intrigues qui s’appuient même parfois sur des thématiques sociales, l’accès à l’eau potable, le sida, l’émigration... Du divertissement intelligent, promettent les organisateurs, qui annoncent aussi la participation de la star OC Ukeje.

RFI