La Fouine à Conakry : Une promesse tenue !

article mise à jour : 3 juin 2013
‘’Vu la situation socio-politique que traverse la Guinée, certains m’avaient déconseillé de tenir ce concert à Conakry ce 1er Juin. J’ai répondu à ces gens-là que je suis prêt à sacrifier ma vie pour donner un concert de paix à la jeunesse guinéenne.’’ Tels sont les propos de la star du Rap français, La Fouine. C’était à l’occasion du concert de la paix organisé par le label des poids lourds en Guinée, Oudy Prod.

De son vrai nom Laouni Mouhid, La Fouine c’est l’homme à la barbichette, à qui personne ne portait attention qui est devenu en quelques années un symbole de la réussite et un emblème pour toute une génération. Le jeune trentenaire d’originaire marocaine a livré, ce 1er juin, un concert à la parisienne comme il l’avait promis à sa descente de l’avion. Promesse tenue, le rappeur est resté sur scène durant deux bonnes heures.

Tous étaient là pour La Fouine… le décor !

Le soleil est au zénith, nous sommes sur l’autoroute Fidel Castro. La météo affiche 32°c à Conakry. A la descente de l’auto, on est frappé par ces files indiennes qui se dessinent aux alentours du palais du peuple. Normal, nous siffle un fan de la Fouine. « Aujourd’hui, poursuit-il, dans monde de la musique urbaine, La Fouine est parmi les artistes les plus convoités ».

Un coup d’œil à l’esplanade du palais, on aperçoit un rassemblement de gendarmes mobilisés pour la circonstance. Curieux, on s’approche. Le commandant rappelle à ses hommes les instructions à l’ordre du jour : « Nous sommes là pour sécuriser et de leurs biens, et non pour offenser ce dernier qui est roi. » dit-il.

Il est 14 Heures, l’esplanade du palais se remplit peu à peu, dans le calme et dans une ambiance bonne enfant. Chacun se cherche la meilleure place pour vivre le concert. C’est aussi, l’heure choisie par les musiciens de La Fouine pour tester le matos, car la star se produira en live…

Abdoul Jabbar, Amiral 6 Galons, Med Flex en ouverture

Derrière le podium, Malick Kébé, le directeur général de l’agence guinéenne des spectacles n’est pas en reste. Celui-là même qui avait pour une première a permis à La Fouine de fouler le sol guinéen tenait à être présent. Pour que la fête soit complète, Oudy Prod a invité de nombreux artistes, talents confirmés ou en devenir : Fanatic, Abdoul Jabbar, Albert Keckson, Amiral 6 Galons, The Answer, Pokemon, Princess de Mamdy Flo, Med Flex, Khady Diop (…) Et comment serait-il passé inaperçu ? Balla Moussa Oularé, 5 ans à peine il séduit déjà le public. Cet enfant-artiste est le fils du boss de Benedi records et la directrice de Tiguida Prod’.

Avant que La Fouine ne fasse son entrée, place aux premières parties de choix. Abdoul Jabbar, Albert Keckson, Amiral 6 Galons, Med Flex (…) se produisent. C’est ensuite au tour de Oudy Premier, en Guest star de se livrer au cours de cette première partie attitrée du concert de la Fouine. En compagnie de ses danseurs, le créateur de ‘’Tchoumakaya’’, ‘’Tounkifare’’ ou encore ‘’Donka félè’’ livre un show chorégraphié bourré de talents avec en vitrine son nouveau teaser, Never give up.

Banlieuz’arts, désormais groupe mythique de la musique urbaine guinéenne, fait son entrée sur scène après Oudy premier et fait monter la température. Le concert est à son apogée. Le public donne ses dernières forces alors qu’il est sans arrêt sollicité par les incontournables ‘’faites du bruit’’ pour La Fouine.

Le public prêt à accueillir La fouine après des heures d’attente.

On découvre aux commandes de la platine, le Dj européen qui a réussi à vendre plus d’un million d’exemplaires de ses compilations : Dj Battle, élu Meilleur Dj De l’année 2008 aux Virgin Awards et DJ officiel de La Fouine. La voix du rappeur retentit derrière le podium. Le public ovationne ! A pas de caméléon, La Fouine monte sur scène. Il commence par renouer avec le public guinéen en interprétant des titres tels que ‘’On sait d’où le vient’’, ‘’A Paname on est les boss’’ remixé à l’occasion en ‘’A Conakry on est les boss’’. Sur scène, le rappeur déborde d’énergie. La joie du public est palpable.

‘’On n’est là pour plus de deux heures de show. Ce concert, c’est du lourd. On va faire la fête’’ lance le rappeur. Le public est prévenu et suit la cadence du rappeur. Il faudra être à la hauteur.

Sur scène, la star française a interprété la plupart des morceaux de son cinquième album, un sorte testament de sa vie, la rétrospective de son parcours, ce drôle de parcours de celui dont personne ne portait attention qui est devenu en quelques années un symbole de la réussite.

Le Clash entre La Fouine et Booba s’invite au concert

Même si La Fouine, l’homme à barbichette a esquivé les questions des journalistes à propos de son clash avec Booba, les deux rappeurs se livrent un combat même à distance. A Conakry, La Fouine n’a pas hésité pour enfoncer le clou là où ça fera mal au « Duc de Boulogne ». La provocation entre les deux rappeurs français est irrésistible. ‘’A Paname on est les Boss. On va le (Booba, Ndlr) montrer qu’à Conakry aussi on est les boss’’ a-t-il lancé.

L’apothéose du concert…

En guise d’apothéose, la Fouine appelle le peuple de Guinée à l’unité nationale et arbore un maillot du Syli national. ‘’ Je voudrais dire au président de la République que ce peuple mérite la paix et la cohésion sociale. Il faut que les guinéens acceptent de vivre ensemble malgré leur différence. Car souligne l’artiste, on est tous les mêmes. Moi j’ai grandi dans un quartier où toutes les nationalités, toutes les races et ethnies se côtoient.’’ A-t-il dit. Et d’ajouter : ‘’La prochaine fois que je viendrais en Guinée, je n’aurai pas besoin de visa, parce que je suis sûr que j’aurai eu la nationalité guinéenne’’ exprime le rappeur en larmes.

Et de conclure : ‘’J’ai fait plein de concerts dans le monde. Notamment en Afrique, en Europe, en Amérique. Mais celui de la Guinée restera graver à jamais dans mon cœur. J’avais promis du lourd, ben ça y est.’’ Il remercie chaleureusement le public avant de s’éclipser, laissant derrière lui un vide immense. La Fouine à Conakry… un coup d’essai réussi pour Oudy Prod’.