La Guinée, pays des touristes,riche et varié. La moyenne guinée :

article mise à jour : 6 septembre 2011
La beauté exceptionnelle de ses paysages et la douceur de son climat ont consacré au Fouta Djallon dans la littérature le nom de la suisse africaine, avec ses plateaux d’altitudes variées, ses plaines et dépressions intérieures, ses vallées encaissées.
Elle offre aux visiteurs l’image d’un paradis touristique aux ressources variées insuffisamment exploitées. De fait, elle a conservé son patrimoine et protège l’environnement, gage certain d’un tourisme authentique. Le comte de Sanderval, explorateur français, présentait ainsi la Guinée  : « Pays des rivières, j’ai aimé tes turbans tranquilles brillants à travers le coton des nuages, tes immenses étendues vertes et si puissantes et si peu hostiles. J’ai parcouru tes montagnes âpres et accueillantes et vu tes larges fleuves peuplés de caïmans. J’ai pénétré ta forêt étouffante où la danse sacrée trouve sa frénésie, ailleurs encore, j’ai rencontré tes beaux hommes drapés, faisant paître leurs troupeaux, et surtout cela. J’ai vu éclater la tornade et le rideau gris de la pluie s’étendre ». C’est dire que l’optimisme est permis de voir la Guinée bâtir un tourisme moderne, respectueux de l’environnement et qui soit un pilier de développement économique et social de la Nation. * LA MOYENNE GUINEE : La beauté exceptionnelle de ses paysages et la douceur de son climat ont consacré le Fouta Djallon dans la littérature comme la suisse africaine, avec ses plateaux d’altitudes variées, ses plaines et dépressions intérieures, ses vallées encaissées. Mamou  : ville carrefour à 300 km de Conakry. C’est la région de prédilection pour la chasse aux antilopes, phacochères et petits gibiers à plumes. On peut visiter la source du Fleuve Sénégal, les chutes de Konkouré et surtout le village touristique de Timbo, ancienne capitale du Fouta théocratique, qui garde encore plusieurs témoignages de l’histoire de la Guinée précoloniale. Dalaba, station climatique  : lieu touristique de première importance depuis la période coloniale, Dalaba à 325 km de Conakry est une ville coquette à l’air pur, avec une température moyenne de 10°C. Avec son climat très proche du printemps européen, Dalaba est nichée dans les hauteurs foutaniennes au milieu d’une végétation abondante d’essences diverses. La forêt des pins et de sapins, le jardin de Barry Gassimou autrefois appelé arboretum chevalier, augmentent l’attrait touristique. Pita, les chutes de Kinkon  : à 382 km de Conakry et à 7 km de Pita, sur la route de Kokoulo, les chutes de Kinkon, avec ses belles cascades, ses gorges profondes offrent un spectacle magnifique. Non loin de Kinkon, les plaines de Timbi et les falaises de Douki. Aussi, une visite des chutes de Kambadaga est fortement conseillée. Labé  : ville historique en pleine expansion, son climat tempéré, ses magnifiques paysages, l’ambiance d’une ville moderne ayant conservé ses traditions. Les chutes de la Saala, la cascade de Sarékali sur la route de Mali (85 km) sont à découvrir. La Dame de Mali  : est un chef d’œuvre accompli de la nature, à 1500 m d’altitude, sur le Mont Loura, une femme d’une beauté remarquable défie le temps depuis des siècles. Taillée dans le roc par l’érosion éolienne et visible dans toute son anatomie, cette Dame de Mali, aurait selon la légende, trompé son mari un vendredi, jour saint, et Dieu, pour la punir en a fait une statue rocheuse. Gaoual  : la case du Roi Alpha Yaya Diallo, compagnon d’exil de Almamy Samory Touré et héros national est le symbole de l’architecture peulh du XIXe siècle avec ses traditions empreintes de la culture islamique. Non loin, les sources thermales de Foulamory sont recommandées pour le repos des convalescents. Koundara : le Mont et la Falaise en muraille du parc de Badiar sont des curiosités de la nature que complètent les villages Coniagui et Bassari pour donner à Koundara un tableau magnifique. Il ne faut pas manquer les fêtes initiatiques avec leurs déploiements de danses et de coutumes colorées. source : www.justinmorel.net