La Guinée présente au salon du livre de Paris, mais avec beaucoup de difficultés…

article mise à jour : 15 mars 2012
Le stand de la Guinée au 32ème salon du livre qui s’ouvre demain 16 mars aurait pu s’appeler Stand Sansy Kaba Diakité ou Stand Harmattan Guinée. Tant, l’Etat guinéen a encore brillé par sa lourdeur administrative en n’ayant apporté le moindre Kopeck pour louer un espace pour la Guinée à cette exposition mondiale de la culture de Paris.

C’est le directeur de l’Harmattan( Sansy) qui négocie et prend des engagements afin que les organisateurs du Salon daignent laisser un espace pourtant appelé « République de Guinée- la Culture est de retour » . Les raisons invoquées sont les mêmes vieux refrains : il n’ya de budget, la procédure est en cours, et patati et patata !

Qu’à cela ne tienne, la Guinée sera bel et bien présente à Paris sur un espace d’environ 14 m2 quoique les frais ne soient pas encore payés. Et dans l’immense halle d’exposition sise Porte de Versailles, le stand guinéen sera nargué par le chic stand ivoirien, placé juste en face, et par l’imposant stand algérien, perpendiculaire au stand guinéen. Plus loin, triomphent d’autres stands africains comme celui du Congo….

L’ambassade de Guinée à Paris a promis de faire de son mieux en apportant des tableaux pour décorer le stand guinéen et de faire des visites pendant les quatre jours que durera le salon.

En dépit des maigres moyens, Harmattan Guinée a mis les petits plats dans les grands afin que la Guinée soit dignement représentée à cette fête annuelle du livre de Paris. Outre l’exposition classique de près de 400 œuvres guinéennes, le passage d’une trentaine écrivains guinéens pour des dédicaces, il est prévu le dimanche à 13heures 30minutes heure une conférence sur le thème la place du livre dans l’éducation des jeunes en Guinée animée par le Directeur national de la culture Jean Baptiste Williams et plusieurs auteurs guinéens.

Tout un programme et une gageure pour marquer le retour de la culture guinéenne par le livre après l’éclipse trop longue des ensembles musicaux et de danse du pays.

Source : guineenews.com