La Guinée vise 2 millions de touristes d’ici à 2017

article mise à jour : 1er avril 2013
Le sens de l’accueil, la culture et l’authenticité. Voilà les atouts mis en avant par la Guinée au salon du tourisme qui a eu lieu à Paris du 21 au 24 mars 2013. Le pays est encore peu connu des touristes, tout est donc mis en œuvre pour attirer les regards.

Hassimiou Barry, président de l’association des guides touristiques de Guinée« On est en train de se battre pour être sur les mêmes ondes que les autres pays mais actuellement la Guinée a besoin d’une grande promotion pour que le tourisme puisse se développer car nous savons tous que le tourisme c’est une entreprise internationale qui peut aider n’importe quel pays. »

Le secteur est encore à ses balbutiements et les nombreuses crises qu’a connues le pays ne sont pas étrangères à ce constat. Le calme désormais retrouvé, le pays tente de rattraper son retard, notamment au niveau de l’hôtellerie. La Guinée compte 370 établissements toutes catégories confondues. Conakry, la capitale, n’offre que 500 chambres dites recommandables.

Selon le ministre du Tourisme, Lousény Camara « Depuis 2011 nous avons fait ce diagnostic et depuis cette date, nous avons 10 projets hôteliers qui sont en cours de construction. Le premier va ouvrir au mois de mai, et chaque 2 ou 3 mois un hôtel va ouvrir jusqu’à 2015 pour améliorer la capacité d’accueil d’hébergement de la capitale et de l’intérieur du pays. »

Pour l’heure, environ 100 000 touristes choisissent la Guinée chaque année. Le gouvernement a de son côté de grandes ambitions : il vise à atteindre les 2000 000 d’ici 2017.

Lousény Camara, Ministre du Tourisme souligne : « Nous sommes à un peu plus d’1 million d’investissement d’euros entre 2011 et 2012 et nous estimons que pour arriver à notre objectif de 2 millions de touristes d’ici 2017, il nous faut 1 milliard 500 millions d’euros d’investissement dans le cadre de l’hôtellerie, d’aménagements des sites touristiques qui ne sont pas aménagés à ce jour. »

La Guinée dispose d’atouts de taille. Avec plus de 3000 sites touristiques recensés, une faune et une flore abondante, elle entend faire du tourisme un pilier de son économie. Il l’a d’ailleurs placé comme second secteur prioritaire pour l’année 2013