La culture à travers les accoutrements

article mise à jour : 9 janvier 2014
Dans les sociétés traditionnelles guinéennes, chaque ethnie, communauté et tribu à sa manière de s’habiller, selon ses coutumes et mœurs. La Guinée est composée de quatre régions naturelles et chacune d’entre elles regorge des tissus fabriqués jadis par nos ancêtres.

Ces régions ont toutes des pagnes traditionnels qui symbolisent chacune de sa tradition. Malheureusement, la génération actuelle, en perdition, abandonne sa culture qui, pourtant, était jalousement pratiquée par les ancêtres.

En Guinée forestière par exemple, nous avons des tissus appelés ‘’forêt sacrée’’ qui représentent en général les valeurs culturelles de cette région. Elles sont l’image réelle de la Forêt. La ‘’foret sacrée’’ est une teinture à chaux faite à base de décoction des feuilles, racines, écorces et fruits des végétaux environnants. Elle n’est pas faite pour n’importe qui, nous apprend-t-on. Certains de ces pagnes sont faits, dit-on, pour servir d’ ‘’anti balle. Ils sont souvent portés quand on est en danger. Ces genres de ‘’forêt sacrée’’ sont destinés le plus souvent aux guerriers. D’autres pagnes de forêt sacrée sont appelés ‘’anti poison’’, destinés aux féticheurs.

En Moyenne Guinée, le ‘’lépi’’ qui est aussi un tissu traditionnel peul du Fouta Djallon, représente les valeurs de cette communauté. Ce pagne est tissé à la main et teint à l’indigo. Ce tissu est propre à la Moyenne Guinée, avec une inspiration simple et authentique. Selon la tradition « peule », celui qui porte ce pagne est à l’abri des sorciers qui ne pourront pas lui faire du mal. Dans les villages, on change la nouvelle mariée généralement par ce tissu lors des mariages traditionnels.

En ce qui concerne les deux autres régions (la Basse Guinée et la Haute Guinée) restent un peu paradoxal car ces deux cultures se rapprochent en matière d’accoutrement. Par exemple, la Basse Guinée utilise les grands boubous et les pagnes appelés ‘’Kouroumane’’. Les grands boubous portés par les Malinké de la Haute Guinée se retrouvent aussi en Basse Guinée. Cette population en majorité composée d’artisans, agriculteurs et chasseurs, s’habillait le plus souvent avec des vêtements qui ressemblent aux tuniques pour le haut du corps et portait les pagnes ou pantalons plus au moins ‘’bouffant’’. Nous avons aussi du ‘’Danfani’’ fait par les tisserands qui, pour se rassurer qu’on est bien habillé, il faut l’avoir. Les habits pour les ‘’Symbo’’, on y accroche les gris-gris, cauris, miroir. Ce tissu ressemble un peu à celui de la ‘’forêt sacrée’.’

En Basse Guinée, c’est la culture Baga qui est plus vue. Les tissus appelés ‘’Kouroumane’’ étaient portés par les habitants de cette région. A l’époque, le mode couturier « Temouré » qui faisait la fierté de cette communauté était le plus utilisé.

Pour finir, les quatre régions naturelles de la Guinée regroupent en regorgent une multitude de coutumes et mœurs qui varient d’une région à une autre. Malgré qu’elle soit abandonnée par la génération montante, cette culture reste et demeure une gloire pour notre pays.