‘’La culture n’est pas un secteur optionnel’’ selon l’artiste Soul Bang’s

article mise à jour : 11 janvier 2013
Soul Bang’s est devenu une star du RnB en Guinée. Il n’aura fallu que quelques titres comme ‘’Dimedi’’ ou ‘’Amasen’’ pour le propulser en tête devant la scène. Ce jeune a réussi à faire parler de lui dans tous les coins de la capitale en reprenant le son With you de Chris Brown et Right nana de Akon. Propulsé sur la scène musicale par la structure Hadafo Communication qui a produit son premier album « Dimedi » en 2010, Soul Bang’s démontre sa maturité et grandit très vite ! Ce jeune chanteur du RnB s’est forgé un mental de combattant. En octobre 2012, il revient en force avec Evolution vol 1. Le public reconnait en lui, un artiste talentueux. Nous sommes allés à sa rencontre, afin de parler de son dernier opus, son regard sur la musique urbaine. Lisez !

Guinée Culture : Bonjour, Soul Bang’s ta carrière musicale continue son petit bonhomme de chemin avec deux albums à la clé, dont le dernier " Evolution vol 1" sorti en octobre 2012. Comment se porte cet album ?

Soul Bang’s : Bonjour. Je dirai que je suis content de voir le résultat de notre travail. Je pense que ce qui est important dans tout métier, c’est de pouvoir travailler avec des professionnels, être encadré et conseillé. Moi j’ai eu cette chance-là.

Ben l’album se porte très bien, on a trouvé un distributeur de l’album sur le marché du disque guinéen. A ce jour, nous avons un très bon retour. On nous appelle de partout pour apprécier l’album. Dans les radios, à chaque fois que j’interviens, y’a beaucoup d’auditeurs qui appellent pour nous féliciter et encourager la qualité du boulot que nous faisons. Nous nous organisons davantage pour relancer la promotion de cet album, en organisant des tournées ici en Guinée et à l’étranger.

Au début Evolution Vol 1 était sensé être une mix tape et non un album, pourquoi ce changement de dernière minute ?

C’est un peu compliqué. Normalement, quand on parle de Mix tape c’est un produit musical qui ne devrait pas être vendu, c’est un truc fait par des Dj, et non dans les studios comme d’habitude. Quand t’écoutes ‘’Evolution Vol 1’’, c’est tout à fait différent d’une Mix tape. On peut retrouver des instru d’autrui dans l’album.

Les gens ont trouvé l’album trop bien par rapport à une mix tape, ce qui a créé la polémique. Les gens me demandaient de faire un album et non une mix tape. Nous avons travaillé en collaboration sur la sortie de l’album avec GBS Events qui s’est donné à fond.

Pourquoi avoir baptisé l’album ’’Evolution’’ ?

Ben disons que nous nous sommes concertés avec Entourage Soundz, ma maison de production, GBS Events et RnB Boss Music, pour choisir le nom Evolution. Quand t’écoutes ce deuxième album par rapport au premier, on sent une certaine évolution de l’artiste.

Quels sont les thèmes que t’abordes dans ‘’Evolution Vol 1’’ ?

Je chante en général l’amour au sein de la société, de la musique sensuelle. Dans cet album, je parle de l’amour en société, l’amour entre un enfant et sa mère (...) d’où le concept que j’aime tant RnB love social.

L’une des particularités de cet album est que tu surfes sur différents genres musicaux, notamment le Dancehall, le Reggae, le RnB, et même le Zouk love. Te sens-tu bien dans tout ça ?

Ben ouais, c’est un album coloré ! Franchement, c’est un truc que je fais depuis longtemps à la maison. Quand on mettait des Beats danceball, je pose là-dessus sans soucis. C’était l’occasion de le faire dans un album.

As-tu fait des tournées après la sortie de cet album ?

Non pas encore. Ça se prépare dans les coulisses. Nous n’aimons pas faire les choses à la hâte, venir sur le terrain sans être prêts. Je vous annonce que l’année 2013 sera une année de concerts pour moi, non seulement en Guinée mais aussi à travers le monde.

Là tu programmes tes propres beats ?

(Rire) En fait je le fais comme ça. Quand je suis inspiré, je fais la prog, mais pour l’instant je ne prends pas cela comme un Boulot. J’aime bien le faire, juste pour moi ou pour mes amis.

Le petit secret de Soul Bang’s ?

Il n’y a pas vraiment de secret. Je me donne tout simplement les moyens de réussir. Mon inspiration influe sur l’ensemble de l’équipe et vice versa. Tout le monde croit en moi et pour cela je ne veux pas les décevoir. Je me suis fixé une barre que je mène à mon rythme.

Quel Regard portes-tu sur la musique urbaine guinéenne ?

C’est encourageant, tous les jeunes qui se décident de faire un album, on sent qu’ils sont à la hauteur. En Guinée, il existe des talents cachés, mais qui rencontrent souvent des difficultés pour se faire repérer. C’est un domaine très restreint.

Je souhaite que l’Etat puisse considérer davantage cette musique urbaine en nous épaulant. Quand il s’agit d’organiser un concert de musique urbaine c’est à tout à fait un problème. Si l’on pouvait s’organiser ça serait mieux.

Parles-nous de tes projets ?

J’ai des grands projets, mais j’en parle peu. Le jour où j’aurai les gros moyens je les réaliserai.

Tes relations avec les autres artistes ?

Ce sont mes frères, tu sais. Je suis peace avec eux tous. On doit être ensemble pour maintenir le cap.

Quelle appréciation fais-tu des sites qui font la promotion de la culture guinéenne ?

Ce que nous produisons ici, est écouté à l’étranger par la diaspora. Grâce à ces sites, on a plus de visibilité. On nous appelle de l’étranger pour nous féliciter et encourager. Je trouve que c’est très intéressant de promouvoir notre culture. Vous savez la culture n’est pas un secteur optionnel, ludique, pour elle-même, mais un puissant acteur économique. En vendant notre image culturelle, cela peut rapporter gros à notre pays.

T’as fait tes premiers pas dans le RnB, quel conseil peux-tu donner à ceux qui veulent marcher sur tes pas ?

Je souhaite à tout passionné d’être travailleur, il faut aimer tout ce que tu fais. Le succès n’est pas magique. Tu peux faire comme Soul Bang’s, voire même plus que lui en bossant dur. Il faut avoir de l’amour pour ce que tu fais. On ne peut qu’être fier de soi après !

Merci de nous avoir reçus chez toi !

C’est à moi de vous remercier pour le boulot que vous abattez. Right !

Interview réalisée par Ciré BALDE