La miss CEDEAO 2012 est une guinéenne

article mise à jour : 2 décembre 2012
C’est officiel, c’est une guinéenne du nom de Mariama Diallo qui a été élue dans la nuit du samedi 1er décembre 2012, miss Ecowas 2012. La compétition a mis aux prises douze reines de la beauté représentant autant de pays de la sous-région. Elle s’est déroulée à Abidjan, dans la salle des spectacles de l’hôtel Ivoire, en marge de la 69ème session ministérielle de la Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest.

Mariam Diallo est sur le toit de la beauté féminine ouest-africaine. Face à des concurrentes de taille, onze, toutes d’une élégance et d’une beauté de fée, venues des pays de la sous-région comme la Côte d’Ivoire, le Togo, le Cap-Vert, la Guinée-Bissau, le Nigeria et le Ghana pour ne citer que ceux-là, Mariam Diallo a été préférée par le jury de la cuvée 2012 de miss CEDEAO.

Notre compatriote a totalisé 115 points, alors que sa première dauphine, la candidate du Cap-Vert en a récolté 113, suivie de la représentante du Nigéria avec 112 points.

Mariam Diallo, 23 ans, diplômée de l’université Kofi Annan de Conakry, est originaire de Labé. Ceux qui la connaissent et qui l’ont pratiquée, décrivent une belle fille, taille longiligne à la démarche provocante. Elle serait une fille super intelligente, douée, respectueuse et persévérante.

Persévérante, oui on peut le dire, car selon St Kofi, membre du COMIGUI que nous avons joint au téléphone, Mariama Diallo a d’abord échoué deux fois au concours miss université qu’organise chaque année sa structure CIS’COM, avant d’être élue par deux fois miss de cette catégorie. Par la suite, quand elle se présenta à l’élection miss guinée, elle est arrivée première dauphine de la miss 2011, Saly Keita.

La victoire de Mariama Diallo à l’élection miss CEDEAO 2012 sonne comme celle du destin. Car, faut-il le rappeler, c’est au dernier moment qu’elle fut choisie par le COMIGUI en lieu et place de la miss Saly pour aller représenter la guinée à Abidjan.

Cette dernière n’étant pas revenue de la France jusqu’au 19 Novembre dernier, date limite du dépôt de la liste des candidates à l’élection miss CEDEAO, le COMIGUI se décidera finalement d’envoyer sa première dauphine à la compétition, toute chose que miss Saly n’a toujours pas digéré.

A l’annonce des résultats par le jury, une explosion de joie éclata dans les rangs de la délégation guinéenne conduite par madame Johanna Barry du comité miss guinée. Le ministre d’Etat aux affaires étrangères et aux guinéens de l’étranger qui participe aux travaux de la 69ème session ministérielle de la CEDEAO, François Louceny Fall, présent à la cérémonie, a laissé également éclaté sa joie, tout comme l’ambassadrice de la guinée en Côte d’Ivoire, Madame Syradin.

On remarquera également beaucoup d’euphorie dans les rangs de la communauté guinéenne de Côte d’Ivoire notamment d’Abidjan. Sur le champ, des griottes guinéennes entonnèrent des chants pour magnifier la beauté guinéenne.

La nouvelle miss CEDEAO, attendue à Conakry dans les 48 heures, reviendra les bras chargés de cadeaux et d’espèces sonnantes et trébuchantes. Elle a obtenu entre autres, un Smartphone offert par MTN, dix complets UNIWAX offerts par UNIWAX sponsor leader de miss CEDEAO 2012, la somme de onze mille dollars américains, offerts par le comité d’organisation de miss CEDEAO et par la CEDEAO elle-même, représentée à la cérémonie par le burkinabé Désiré Kabore, président en exercice de la commission de la CEDEAO.

Il faut signaler que l’élection de la miss 2012 de la CEDEAO fut un sans faute pour le comité d’organisation. Deux heures et demie de spectacle son et lumière, retransmis en direct par une trentaine de chaines de télévision nationales, avec à la clé défilé de mode et playback de vedettes de la chanson comme Meiway et Les Patrons.

En guinée, la nouvelle de l’élection de Mariama Diallo comme miss CEDEAO a été accueillie avec beaucoup de ferveur par les citoyens qui se préparent à lui réserver un accueil digne de sa victoire, une victoire qui fait honneur à tout le peuple de guinée.