Lauréate du prix découverte RFI 2011, en concert au Cameroun !

article mise à jour : 17 mars 2012
Avant de saisir l’occasion de la rencontrer les 17 et 22 mars 2012, aux instituts français de Yaoundé et de Douala, découvrez le parcours d’une femme de poigne

Originaire de Sierra Léone et de la Guinée-Conakry, Sia a passé une enfance difficile j’ai longtemps vécu en Sierra Léone où j’ai fait mes études. J’y ai vécu la guerre ce qui a handicapé mon éducation révèle-t-elle. A Freetown où se déroule toute son enfance, elle se réfugie dans l’écriture. Et fait aussi beaucoup de théâtre. Son école la choisit, alors qu’elle a 14 ans, pour interpréter l’hymne sierra-léonais lors d’une manifestation à laquelle participent les officiels du gouvernement. L’excitation qui l’anime disparait soudain dès qu’elle prend conscience de la présence de la foule. Seule, en a cappella, elle se met à trembler jusqu’à la dernière parole j’ai failli mourir, se souvient la lady. Sa première expérience au micro, en public, lui vaut des félicitations qu’elle prend comme des encouragements. Son père s’oppose au fait que Tolno se lance dans la musique ce qui complique leur relation car il estimait que la musique était comme quelque chose d’inatteignable pour une femme qui va réussir et faire quelque chose de positif dans la société, vue son statut d’enseignant. Mais en venant un jour la voir jouer sur scène en Guinée, le père de Sia a compris qui était sa fille et a même versé quelques larmes. Avant, on n’était pas amis, résume-t-elle avant de se réjouir que la situation ait changé, qu’un dialogue soit désormais possible. Pour assurer le quotidien elle se fait vendeuse d’huile rouge en Gambie, ou bien sèche et sale le poisson qu’elle envoie en Europe.

Sa participation à Africa star lui ouvre les portes, musicalement parlant. Séduit par les prestations qu’elle a données lors des prime times, Pierre Akendengué, figure éminente de la musique gabonaise, a fait jouer son carnet d’adresses et appelé le producteur de Cesaria Evora, José Da Silva. Celui-ci confie à l’acolyte de longue date de Salif Keita, Manfila Kanté, récemment disparu, le soin d’amener à maturité les morceaux de la jeune femme. En 2011, la chanteuse s’inscrit à la compétition de musique de RFI dénommée prix découverte où elle occupe la première place. Cette victoire lui permet de mettre sur le marché discographique son 2ème album my life. Dans le studio de Mory Kanté, autre gloire de la musique guinéenne, elle a travaillé avec Mamadou Camara, guitariste vétéran de l’orchestre du Kaloum Star. Le saxophoniste disciple de Momo Wandel et le souffleur français Nicolas Guéret ne font pas dans la figuration, en particulier sur ayiboh, ou polli polli. pollipolli parle de la femme africaine, de la force de cette femme, qui doit se faire respecter, être vue, encouragée. Eduquer une femme revient à éduquer le monde. C’est un afro-beat et funky qui ressemble à ma personnalité dévoile-t-elle.

Dates et lieux de la tournée africaine de Sia Tolno
samedi 17 mars - Yaoundé (Cameroun)
jeudi 22 mars - Douala (Cameroun)
samedi 24 mars - Malabo (Guinée équatoriale)
jeudi 29 mars- Nairobi (Kénya)
samedi 31 mars - Johannesburg (Afrique du Sud)
dimanche 1er avril - Johannesburg (Afrique du Sud)
mercredi 4 avril - Moroni (Comores)
samedi 7 avril - Addis Abeba (Ethiopie)
jeudi 12 avril - Praia (Cap-Vert)
samedi 14 avril - Mindelo (Cap-Vert)
mercredi 18 avril - Saint-Louis (Sénégal)
samedi 21 avril - Dakar (Sénégal)
mardi 24 avril - Banjul (Gambie)
samedi 28 avril - Bamako (Mali)
jeudi 3 mai -Brazzaville (Congo)
samedi 5 mai - Bujumbura (Burundi)
mercredi 9 mai - Kigali (Rwanda)
samedi 12 mai - Djibouti
mercredi 16 mai - Tananarive (Madagascar)
samedi 19 mai - Khartoum (Soudan)
mardi 22 mai - Asmara (Erythrée)
vendredi 8 juin - Pointe Noire (Congo)
mardi 12 juin - Conakry (Guinée)

Source : Africatime