Le 21 juin, Une fête de toutes les musiques et pour tous les publics

article mise à jour : 12 juin 2014
La fête de la musique est née en 1982 à l’initiative du ministère de la culture dirigé par Jack Lang. L’idée lui a été soufflée en 1981 par Maurice Fleuret, directeur de la Musique et de la Danse.

Il fit le constat que cinq millions de personnes (dont un jeune sur deux) jouaient d’un instrument de musique, mais qu’aucune manifestation ne célébrait cet art. Il proposa donc de faire jouer les musiciens amateurs dans la rue afin de promouvoir la musique et ainsi la démocratiser.

Quelques semaines plus tard, le 21 juin 1982, entre 20h30 et 21h, la première fête de la Musique est lancée. Le choix de fêter la musique le 21 juin n’est pas un hasard : ce jour est celui du solstice d’été c’est-à-dire la nuit la plus courte de l’année.

L’année européenne de la Musique a eu lieu en 1985 et c’est à cette occasion que s’exporte la fête de la musique. Son succès a dépassé les frontières Françaises et s’est étendu largement en Europe et peu à peu dans les autres pays du monde.

C’est une célébration vivante destinée à mettre en valeur l’ampleur et la diversité des pratiques musicales, tant amateurs que professionnels, dans tous les genres musicaux.

Connue de par sa grande manifestation populaire, gratuite, c’est une fête ouverte à tous les participants amateurs ou professionnels, qui souhaitent s’y produire et accessible chaque année à des millions de personnes qui constituent le plus curieux et le plus disponible des publics. Elle mêle tous les genres musicaux et s’adresse à tous les publics, avec pour objectif de populariser la pratique musicale et de familiariser jeunes et moins jeunes de toutes conditions sociales à toutes les expressions musicales. Elle est l’occasion de dialoguer librement en musique.

Aujourd’hui, environ 130 pays et plus de 340 villes dans le monde célèbrent la fête de la Musique.