Le Centre Communautaire pour le Développement de l’Education (CECODE) : A l’heure du bilan

article mise à jour : 16 janvier 2013
Le fondateur de la Bibliothèque et Directeur de l’ONG CECODE (Centre Communautaire pour le Développement de l’Education) était devant la presse hier matin à la maison commune de coleah pour faire le Bilan de ses activités. Depuis un an le CECODE a installé une bibliothèque à Kobaya en haute banlieue de Conakry. Aux dires du propriétaire , cette bibliothèque connait une fréquentation énorme. Malick Bah est également auteur de plusieurs manuels scolaires qui sont enseignés dans les écoles primaires.

A en croire Malick Bah lorsqu’il a décidé d’installer sa bibliothèque en plein cœur de Kobaya, beaucoup ne croyaient pas à la réussite de son projet. Avant son installation, il a réalisé un sondage pour savoir pour quoi les jeunes particulièrement ne lisent pas les livres en Guinée. Les 98 jeunes interrogés ont donné les raisons avant de faire des recommandations. Pour certains, ils ne lisent pas simplement parce qu’ils n’en ont pas l’habitude. D’autres ont évoqué les difficultés pour accéder aux livres . Une troisième catégorie, pointe un doit accusateur sur les enseignements qui ne faciliteraient pas la lecture aux élèves.

Une timide adhésion au début. Pour tant le fondateur ne cède pas au découragement. Sa stratégie explique t-il était d’aller à la rencontre des parents à domicile ‘’ il ne suffit pas de mettre un enfant dans une école privée, l’important est de le pousser à aimer la lecture. La lecture est le secret du savoir’’. En tout, il dit avoir sillonné une quarantaine de familles, rencontrer les fondateurs d’écoles privées pour une information et sensibilisation pour amener les parents et encadreurs à orienter les élèves vers sa bibliothèque pour la lecture. Même dans les mosquées Malick Bah ne s’est pas empêché de mettre les imams à contribution pour une sensibilisation massive.

Au fil du temps la fréquentation s’est améliorée. Le fondateur a multiplié les contacts pour pouvoir garnir davantage sa bibliothèque. Nadine Barry prête une oreille attentive. Elle a offert quatre cartons de livres à Malick Bah. L’Ambassadeur de France emboite les pas à la dame. A son tour, il offre un montant à la bibliothèque. Le propriétaire dit avoir acheté des livres qui concernent essentiellement les programmes des collèges et lycées.

Au mois d’octobre soutient le fondateur 178 lecteurs se sont inscrits pour une fréquentation de 100%. Le mois de novembre, le nombre a sensiblement augmenté avec 204 inscrits. La fréquentation cette fois-ci est montée à 291 soit un taux mensuel de 142,64% et le mois de décembre a enregistré 219 inscrits pour la même fréquentation.

Le Centre Communautaire pour le Développement de l’Education (CECODE) se bat aussi pour lutter contre l’analphabétisme. En six mois explique Malick Bah, son ONG a formé une quarantaine de personnes( des filles domestiques, des filles coiffeuses, des jeunes marchands ambulants).

Malick Bah est également auteur de plusieurs ouvrages de manuels scolaires en sciences d’Observation. Pour les classes de la troisième à la sixième année. Pour la première fois se réjouit-il, l’Etat lui a rétrocédé le droit d’auteur. Les fournisseurs de livres ont long temps profité de la sueur des auteurs regrette-il. A présent, il peut négocier avec qui il veut et amender le contenu des livres comme il entend.