Le Festival Historique du Manding, l’évènement de la mémoire africaine.

article mise à jour : 30 juillet 2015
Tiken Jah Fakoly pense que c’est en s’inspirant des grandes figures africaines que la jeunesse d’aujourd’hui saura construire l’Afrique debout de demain. C’est en tous cas ce qui ressort de brefs échanges accordés entre deux concerts et deux répétitions, car en ces périodes estivales la star internationale est toujours entre deux avions.

Pourtant, ses multiples obligations ne le détournent pas de son objectif premier : Tiken Jah Fakoly trouve toujours le temps d’imaginer et de conceptualiser des évènements qui font bouger l’Afrique, en la conscientisant. On se souvient notamment de sa campagne « Un concert, une école* » en faveur de l’éducation, qui a permis, jusqu’ici, de construire ou de réhabiliter plusieurs établissements scolaires au Mali, en Côte d’Ivoire ou au Burkina Faso.

On se souvient également de son engagement en faveur de l’agriculture locale ou contre l’exode rural, de sa campagne guinéenne contre Ebola qui court encore, ou de ses discours pacifiques lors de ses concerts, véritables rassemblements de la jeunesse africaine.

Depuis presque deux ans, l’artiste, son équipe et Afrikakom travaillent à la mise en œuvre d’un nouveau concept : celui de favoriser les conditions de la fierté africaine par le biais de son Histoire. Car bien que l’Histoire africaine regorge d’épopées formidables, elle est souvent mal connue des grands publics. Dans cet esprit, « Le Festival Historique du Manding » a l’ambition de rappeler à tous la grandeur des civilisations africaines.

Car ce n’est pas seulement l’histoire de l’Empire qui sera mise en valeur durant trois jours en octobre prochain à Siby, 40km de Bamako, mais bien l’Histoire d’Afrique de l’Ouest dans son ensemble. Une manière de rappeler la formidable cohésion sociale qui régnait alors, même s’il est exact que des divergences régnaient également.

Pour cette première édition du festival, c’est bien de nombreux héros d’Afrique de l’Ouest qui seront rappelés à la mémoire collective. Des expositions photographiques, des conférences animées par des historiens aguerris, des diffusions cinématographiques d’œuvres traitant l’Histoire… Et bien sûr des concerts de griots mandingues et autres portes parole de la culture d’Afrique de l’Ouest. Avec, pour point culminant, un formidable concert de l’artiste lui-même au cours duquel jusqu’à 25 000 participants sont attendus.

Afrikakom