Le grand Sumu ou une causerie musicale dédiée à la paix.

article mise à jour : 2 février 2013
Une fois n’est pas coutume ! Mass Production ouvre sa nouvelle saison artistique et culturelle par un événement inédit. Rendez-vous est pris pour ce samedi 02 février pour une grande causerie musicale comme à l’ancienne, appelée ‘’Le grand sumu’’. Un plateau de rêve est prévu à cet effet, des griots triés sur le volet et représentatifs du grand manding. Objectif, aider à l’apaisement et à la réconciliation des cœurs à travers la parole.

Au commencement il y avait la parole. En Afrique, depuis les temps immémoriaux, les griots ont été les gardiens et détenteurs de nos traditions et possèdent d’immenses savoirs sur l’histoire de nos royaumes et empires. Longtemps restés au service des rois et Askia, ils connaissent l’histoire de nos pays sur le bout des doigts.

Comme cela se faisait dans l’Afrique des temps anciens, sous l’arbre à palabres, où les griots s’adonnaient à leur activité favorite, c’est-à-dire, raconter l’histoire des peuples et des civilisations. Aujourd’hui encore, la nouvelle génération de griots est capable de vous expliquer les tenants et aboutissants de l’acte fondateur du Manding, la charte de Kouroukanfouga.

Elle est à même de rappeler comment les différentes communautés qui peuplèrent la guinée vivaient en parfaite harmonie et en symbiose. C’est le cas des Malinké et Peulhs, autrefois qui entretenaient des rapports d’excellente qualité.

C’est pour conter et égrener les plus belles pages de l’histoire de notre pays que Mass Production a bien voulu réunir à Conakry d’éminents griots et paroliers à l’occasion du Grand Sumu de ce samedi. Il s’agira de rappeler aux uns et aux autres les liens combien étroits qui ont existé entre les différentes ethnies qui ont peuplé la guinée, une manière de les inviter à une reprise de conscience face au danger qui les guette avec la crise politique que vit le pays depuis la dernière présidentielle.

C’est dire combien l’initiative de faire ce grand Sumu est louable et mérite de notre part respect et considération. Contrairement à ce qu’a voulu faire croire une certaine presse, que cela soit tenu pour dit, le grand Sumu n’est pas un griotacle même si c’est un rendez-vous de griots. Mais ce qu’il faut y voir, ce sont les objectifs assignés à l’événement, ceux de contribuer par une parole libérée rappelant l’histoire de notre pays, à apaiser les tensions politiques, à décrisper une atmosphère politique lourde et tendue depuis la présidentielle de 2010.

Côté fête, sur scène ce samedi, on retrouvera dans cinq rythmes entre autres Hadja Soumano en provenance du Mali, Sona Tata Condé, Aminata Kamissoko, et le parolier Damissa Sékou.

Le concert lui-même débute à partir de 20h au palais du peuple, d’éminentes personnalités y sont attendues. A en juger par les cartes VIP placées à 150 mille francs guinéens dont le stock est déjà épuisé. Il ne reste plus que les tickets de 50 mille francs guinéens à se procurer. Le spectacle promet, car avec Mass Production ça va faire toujours masse et ça va disjoncter.