Le week-end à Conakry !

article mise à jour : 22 octobre 2013
La nuit de Conakry, comme dans les autres capitales d’ Afrique de l’Ouest, peut se diviser en deux temps, deux segments. Celui du maquis , le bar ouvert, la buvette sonorisée où l’on se donne rende- vous pour commencer la soirée en vidant quelques Skol ou Guiluxe accompagnées de brochettes ou d’autres braises.

Des groupes de jeunes musiciens s’y produisent parfois, surtout en ville. Ils sont payés au pourboire, comme dans les cérémonies.

Passé minuit, une partie des noctambules migrent vers les boites où tout le monde finit.

Faire le mouvement à Conakry est à prendre littéralement car nombreux sont ceux qui font la tournée dans différents Night-clubs dans la nuit. L’ambiance en Club est toujours lâchée et amicale, il n’y a pas ou peu d’embrouilles en Guinée, excepté très occasionnellement les policiers ou de militaires plus ivres que les personnes qu’ils contrôlent sans que l’on ne sache si cela fait partir de leur attributions.

Il s’agit le plus souvent de se faire payer sa bière en jouant sur crainte de l’uniforme. L’ animation ne commence pas avant minuit pour battre on plein vers les 3h jusqu’au petit matin. Généralement les droits d’entrée varient entre 15 000 GNF à 50 000 GNF par personne, la palette musicale est ouverte, les standards Maliens ou Guinéens comme ceux de Salif keita, au coupé décalé en passant par la rumba
congolaise, le RNB , le Hip up, le reggae et la house.

Tous les quartiers de la capitales hébergent de petites boites avec ambiance et la curiosité et payante car elles sont nombreuses et le mouvement des quartiers n’a rien a envier a celui du centre ville au contraire c’est encore sans doute plus authentique.