Les 72 Heures livre : Conakry devient la capitale africaine du livre

article mise à jour : 24 avril 2013
Placée sous le haut patronage du président de la République, Pr Alpha Condé, sous l’égide du ministère de la culture et du patrimoine historique, l’édition 2013 des 72 Heures du Livre a été lancée ce mardi 23 avril 2013 au Centre culturel franco-guinéen (Ccfg), Espace Sory Kandia Kouyaté. Présidé par le premier ministre, Mohamed Saïd Fofana, accompagné d’une forte délégation gouvernementale, l’évènement a connu une forte mobilisation des professionnels et amoureux du livre.

Après avoir souhaité la bienvenue aux invités, le directeur du centre culturel franco-guinéen et co-organisateur des 72 Heures du livre, Daniol Couriol a dans son intervention de circonstance souligné que le livre est la base de la pyramide du savoir. Selon lui, le thème ’’Les mots au service du livre’’ est une idée essentielle, une manière d’envisager à conjuguer l’avenir ensemble à travers la paix, qui est une responsabilité collective.

Dans sa volonté de donner au livre toute sa grandeur, le directeur de l’Harmattan Guinée, Sansy Kaba Diakité se confond désormais à sa passion de faire du livre un véritable allié de la société guinéenne. C’est pourquoi il entend valoriser la création d’espace d’excellence dans notre pays à travers la célébration du livre et de la lecture.

Le directeur de l’Harmattan Guinée a salué la volonté politique du gouvernement d’accompagner la promotion du livre. ’’Notre objectif est de faire de notre pays à travers cet évènement culturel une destination du livre en Afrique. La Guinée à partir de cet instant sera la capitale du livre car c’est ici que la Guinée de demain s’invente’’ a-t-il déclaré en substance.

Le Vice-président du collectif des écrivains, Mamady Koulibaly, a quant à lui indiqué que les mots au service de la paix traduisent profondément l’aspiration des écrivains à la paix et la vulgarisation de la connaissance. C’est un devoir dit-il, bien noble de parler et d’écrire pour la paix sans laquelle aucune œuvre humaine ne peut se construire durablement.

Soutenant l’organisation des 72 Heures du livre, l’ambassadeur de France, SEM Bertrand Cochery, a réaffirmé la volonté de son pays d’accompagner le développement de la culture en Guinée. Selon l’ambassadeur de France, les 72 heures du livre s’inscrivent dans un tempo avec le salon du livre de Paris. ’’Le salon de Paris a été la préfiguration du souhait de Sansy Kaba, celui d’inscrire la capitale guinéenne dans une dynamique régionale pour faire de Conakry la capitale du livre en Afrique." a-t-il précisé.

Sur la thématique de cette année, Bertrand Cochery a souligné que la Guinée a plus que besoin de vérité et d’apaisement. ’’Les mots sont tout sauf des paroles en l’air, ils ont un sens. On ne les choisit pas au hasard, mais on les pèse.’’ a-t-il confié. Poursuivant, l’ambassadeur dira que ’’les mots de la paix auront certainement besoin de plus de 72 Heures pour être entendus et compris. Mais les 72 Heures du livre doivent constituer un temps d’arrêt, un moment de concentration dans une actualité effervescence et turbulente pour redécouvrir le sens des mots, s’écouter les uns des autres.’’ a-t-il précisé.

Pour sa part, le ministre de la culture, des arts et du patrimoine historique, Ahmed Tidjani Cissé s’est réjoui de cette opportunité d’attacher notre culture à la réussite de celle universelle. Pour lui, en plaçant cette édition sous le thème ’’Les mots au service de la paix’’, l’Harmattan Guinée traduit sa volonté de contribuer efficacement au développement du pays par les mots, la plume et invite à plus d’amour et de tolérance.

Pendant trois jours, discussions, conférences, pièces de théâtre, interventions dans les écoles et séances de signatures se donnent rendez-vous dans cet espace mythique qu’est le centre culturel franco-guinéen. La cérémonie de lancement des 72 heures du livre a été rehaussée par un spectacle de la compagnie de théâtre Uni-Art et Culture et la lecture du poème ’’Cri de paix’’ de l’écrivaine, poétesse et directrice du musée de Labé, Djénabou Koumatcho Diallo.

Visite des Stands avec le PM

Des élèves aux 72Heures du livre