Les adieux du peuple de Guinée à son ministre, Ahmed Tidjani Cissé

article mise à jour : 16 janvier 2015
« … S’il y a des jours à venir, il n’y en a en revanche aucun qui ne finisse par venir », disait Ahmed Tidjani Cissé dans sa pièce de théâtre intitulé ‘’Le Tana de Soumangourou.

Décédé le 6 janvier 2015 à l’âge de 74 ans au centre de convalescence François Gallouédec du Mans en France, l’écrivain, poète, chorégraphe, dramaturge et ministre de la Culture et du Patrimoine Historique, Ahmed Tidjani Cissé a reçu ce vendredi 16 janvier, les derniers hommages de ses collaborateurs du ministère de la Culture et du Patrimoine Historique, du gouvernement guinéen, de ses amis, parents et du peuple de Guinée, avant de rejoindre sa dernière demeure au cimetière de Cameroun.

Né en 1941 à Kangoléa dans la préfecture de Dubréka, le défunt était diplômé en droit public de l’Université de Paris à la Sorbonne. Directeur et animateur du centre d’expression culturelle africaine à l’Américan Center à Paris, il a participé à de nombreux débats, conférences et séminaires en Guinée, en France et ailleurs dans le monde.

L’homme politique qu’il a été aussi, a du talent en poésie et récit en passant par le théâtre et les nouvelles œuvres, tirées de l’histoire des peuples africains ou des préoccupations de nos sociétés contemporaines, qui ont été très souvent primées lors des concours internationaux.

Son amour pour sa patrie et surtout son attachement aux valeurs culturelles faisaient de ce grand homme, un défenseur et protecteur des arts de la culture guinéenne aussi bien en Guinée qu’au-delà des frontières. Ce, malgré les maigres moyens, il assurait son travail avec dévotion, abnégation et détermination, en témoigne le premier ministre. A titre posthume, il a été élevé par le Président de la République, son ‘’bon ami’’ malheureusement absent, aux rangs de dignité de l’ordre national du mérite.

Pour l’heure, les cadres du ministère de la Culture et autres artistes réunis en association, affirment continuer les démarches entreprises par le défunt Cissé pour la réalisation de différentes œuvres telles que la construction d’un palais de la culture, d’une bibliothèque, d’un siège approprié pour le ministère de la Culture, les états généraux de la culture et l’inventaire du patrimoine historique guinéen.

Outre le premier ministre, les membres du gouvernement, d’importantes personnalités du corps diplomatique, des institutions nationales et internationales, les hommes de culture, les journalistes et les ambassadrices de beauté de la Guinée ont pris part aux obsèques d’Ahmed Tidjani Cissé.

Un formidable mari et un superman, témoigne son fils ainé, Mohamed Fodé Cissé, il laisse derrière lui, une femme Aîda, quatre fils et une fille à la nation guinéenne.