Les coiffeuses de Guinée se serrent les coudes.

article mise à jour : 27 décembre 2012
Ce sont des femmes coiffeuses de tout le pays qui ont longtemps évolué en rang dispersé, mais qui veulent désormais faire route ensemble. Regroupées au sein d’une association qui se veut rassembleur, ces coiffeuses entendent valoriser la culture guinéenne à travers les coiffures du cru.

C’est l’affirmation d’une identité culturelle qui a soif de se faire elle aussi une place au soleil en Guinée. L’idée de l’association des femmes coiffeuses de Guinée a germé en 2010 à l’avènement de la troisième République.

Tata Kamano en est l’instigatrice, une femme de poigne aidée par son mari Antoine Millimono fondateur de Sophiapole, jusqu’à l’obtention de l’agrément de ladite association. L’objectif principal : la défense les intérêts des coiffeuses, dont le métier concourt aussi à valoriser la culture guinéenne.

Le 11 novembre dernier, l’association rend une visite de courtoisie au ministre de la culture qui, a salué l’initiative à sa juste valeur, tout en promettant le soutien de son département.

Deux jours après, au palais du peuple, les coiffeuses partent à l’offensive par l’entremise d’un défilé de mode concocté avec maestria par une quarantaine de femmes coiffeuses, toutes arborant les tresses de la région de Boké. Toutes les femmes ministres y étaient invitées, ainsi que la représentante de la première Dame de République.

Comme l’appétit vient en mangeant, l’association n’entend pas s’arrêter en si bon chemin. « Les coiffeuses et moi nourrissons l’ambition auprès du gouvernement, afin de nous trouver un vaste domaine devant abriter un centre d’alphabétisation en faveur de la plupart de ces femmes qui ont abandonné l’école à mi-chemin » affirme la présidente Tata Kamano.

Dans la foulée, l’association aura besoin de l’expertise des maitresses coiffeuses de la sous-région, ce à travers l’appui financier des institutions sous-régionales et internationales présentes en Guinée.

Parlant d’adhésion, une dizaine de préfectures ont souscrit à l’association. L’année prochaine, ce sera autour de N’zérékoré d’accueillir les activités de ces femmes lors de la célébration du 55ème anniversaire de l’indépendance de la Guinée.