Les dix mots de la francophonie

article mise à jour : 18 mars 2013

Agenda

20 mar

Les dix mots de la francophonie

Mercredi 20 mars 2013 21:31-22:31

La francophonie, cet indispensable « trait d’union linguistique qui nous relie » Ahmed Tidjani Cissé

Ce jour de 20 mars 2013, voilà assurément un formidable atelier où nous pouvons, au sein d’une gigantesque équipe multiraciale et à l’échelle de l’univers, nous adonner au plaisir et à l’art de protéger comme la prunelle de nos yeux, « ce trait d’union linguistique qui nous relie si puissamment et si harmonieusement ».

La francophonie est comme un bouquet d’offrande, modelé à la confluence de traditions et de valeurs spirituelles intercontinentales à travers les vicissitudes de l’histoire. Ce trésor commun a été formalisé, il convient de le préciser, il y a près de 40 ans, par d’éminentes personnalités politiques et culturelles, tels que les présidents Senghor, Diori Hamani, Habib Bourguiba et sa majesté Norodom Sihanouk qui lui ont imprimé le cachet de la sagesse et surtout de la vision. Coup de foudre au départ, voué à connaitre le destin des innovations qui sacrifient à la mode, la francophonie, d’abord perçue comme un simple évènement épisodique, est aujourd’hui devenue une nécessité.

Osons le dire, l’unique réceptacle qui offre un espace et une irremplaçable opportunité d’expression à tous les rendez- vous du dialogue des cultures, surtout vis-à-vis d’autres grandes zones d’expressions linguistiques et culturelles. Mais aujourd’hui des menaces de phagocytose à l’égard de notre espace commun se précisent, surtout dans les conférences internationales. Si nous n’y prenons garde, le savoir-faire acquis depuis des décennies et à travers lequel nous serons à même de transmettre ce précieux legs qu’est la francophonie, court lui-même le grand risque de tomber dans les oubliettes de l’histoire. Que ferons-nous et que serons-nous lorsque la civilisation de l’universel nous conviera au rendez-vous du donner et du recevoir, si cher aux poètes de la Négritude, L. S. Senghor et Aimé Césaire ? Comme le souligne le Secrétaire Général dans son message : « la francophonie c’est également ce lien originel et cette connivence naturelle qui font que nous ne parlons pas seulement la même langue, mais aussi et surtout le même langage.

Vive le 20 mars, pour que vivent et se pérennisent nos identités culturelles qui ont en partage le français.