Livre et développement local : ce qu’en pense l’ambassadeur Bertrand Cochery

article mise à jour : 23 avril 2014
La France, à travers l’Institut Français de Guinée et le Centre Culturel Franco-Guinéen, fait partie intégrante du comité d’organisation des 72 heures du livre, manifestation culturelle devenue au fil du temps incontournable en Guinée.

Le Centre Culturel Franco-Guinéen met à disposition totale, durant les 72 heures du livre, l’espace devant abriter la manifestation culturelle. L’Institut Français quant à lui assure la prise en charge de nombreuses missions à l’international, ainsi que la venue en Guinée de plusieurs invités non des moindres aux 72 heures du livre. Chaque année, selon l’ambassadeur de France en Guinée, Bertrand Cochery, une enveloppe de €20 000 est consacrée à la promotion du livre en Guinée.

L’édition 2014 du salon du livre de Conakry a axé son thème central sur le livre et le développement local. Un thème, selon le diplomate Français qui soulève un certain nombre de questions qui pourront trouver un début de réponse ou amorcer une réflexion fructueuse, espère Bertrand Cochery.

L’une de ses questions concerne la politique de l’éducation. L’avenir de la place du livre en Guinée est indissociable de l’avenir des écoles de ce pays, a déclaré l’ambassadeur de France en Guinée. Les écoles, poursuit-il, sont l’un des piliers du développement local. Les bibliothèques, quant à elles, constituent l’un des lieux privilégiés d’accès aux livres. C’est pourquoi, le diplomate Français suggère l’intégration de la problématique du livre dans la conduite des projets en partenariat avec les autorités Guinéennes. ‘’Le livre est une partie intégrante du développement humain et le développement humain est au cœur de la politique française de coopération et du développement’’, a-t-il révélé. Il faudra aussi se pencher sur la problématique des moyens d’accès au livre, ainsi que leurs supports, recommande l’ambassadeur de France.

Une autre question non des moindres est relative au rapport entre la culture et le territoire. Bertrand Cochery affirme que le développement harmonieux et équilibré d’un pays passe par un aménagement du territoire qui inclut et promeut la culture autour du livre comme point d’encrage comme lieu de rencontres, et de conception d’un nouveau vivre-ensemble. Le livre étant une source d’énergie du savoir, d’apprentissage, de partages, de discussion, et de méditation, une dynamique est indispensable pour sa promotion sur toute l’étendue du territoire. Toutefois, déplore l’ambassadeur de France, une tendance aux déséquilibres est perceptible en Guinée avec une capitale plus importante à la croissance tentaculaire, sans politique d’aménagement. Pendant ce temps, les communes rurales se dévitalisent alors que les capitales régionales s’interrogent sur leur avenir. La ville de Kindia en est une exception en Guinée et un excemple à étudier, a dit M. Cochery.

Enfin, il faudra déterminer la place de la culture et plus spécialement du livre dans les stratégies du développement de la Guinée qui aspire être un jour ou l’autre un pays émergent et dans l’immédiat connaitre plus de croissance. Mais cela ne peut se faire sans une société civile de lecteurs, indique Bertrand Cochery qui rappelle que le fait de lire est un investissement dans la connaissance, dans le savoir, dans l’imagination et dans la liberté de pensée. Lire, c’est aussi investir dans le respect des idées des autres, construire une société d’intelligence de progrès dans la diffusion la plus large possible des idées et du savoir. Ce qui représente une authentique démarche d’instruction et d’ouverture pour bâtir aujourd’hui les capacités d’une Guinée de demain.