Londre accueille la prémière Foire d’art Contemporain Africain organisée hors du continent

article mise à jour : 19 octobre 2013
C’est une première révélatrice de l’émergence d’un marché. La première foire d’art contemporain africain organisée hors du continent se tient à Londres du 16 au 20 Octobre.

Quelque 70 artistes africains et de la diaspora - certains établis comme le photographe malien Malick Sidibé, mais aussi des moins connus - sont présents à la foire "1:54", le chiffre 1 en référence au continent africain souvent assimilé à une seule entité, et 54 en référence au nombre de pays qui la constituent. La première foire d’art africain organisée hors du continent se tient du mercredi 16 au dimanche 20 octobre à la Somerset House de Londres.

"Dans la mentalité de beaucoup de gens (en Occident), l’art africain se résume aux arts premiers", explique Philippe Boutté de la galerie Magnin-A basée a Paris et spécialisée dans l’art africain contemporain. "Le public a longtemps vu dans les artistes qu’on exposait des Bushmen, des gens qui auraient fait de l’art sans le savoir", note-t-il avec ironie, "alors que ce sont des vrais artistes".

Derrière lui, un imposant trône de l’artiste mozambicain contemporain Gonçalo Mabunda, confectionné uniquement de revolvers, Kalachnikov et autres munitions vestiges de la guerre civile dans son pays. "Zuma" est proposé à 9 500 euros, à côté d’une toile réaliste de l’artiste congolais Chéri Samba, vendue à 55 000 euros et intitulée "Lettre de la CPI", la Cour pénale internationale qui a condamné l’ex-chef de milice congolais Thomas Lubanga à 14 ans de prison.

Thèmes récurrents

Le point commun de ces artistes : le continent africain bien sûr, leur persévérance à créer dans des conditions difficiles, mais aussi des thèmes récurrents. "Il y a un sens de l’immédiateté, des chroniques sociales et politiques, et les artistes ne produisent pas d’œuvres liées à leurs émotions, mais à leur environnement", contrairement aux artistes occidentaux, estime la Camerounaise Koyo Kouoh, directrice artistique de la foire.

In Jeune Afrique