MGF : Les femmes exciseuses de N’Zérékoré abandonnent le couteau

article mise à jour : 14 novembre 2013
Suite à une campagne à outrance menée par les autorités nationales guinéennes, en collaboration avec les élus locaux et les notables de la région de la Guinée Forestière, avec l’appui des partenaires au développement, sur les méfaits des mutilations génitales féminines, les femmes exciseuses de la dorsale guinéenne, se sont engagées récemment d’abandonner cette pratique ancestrale néfaste.

L’abandon solennel et officiel des couteaux d’excisions a fait l’objet d’une cérémonie grandiose organisée au chef lieu de la région administrative de N’Zérékoré.

Se disant conscientes désormais du danger des mutilations génitales sur la santé des jeunes filles, dont des certaines en sont victimes chaque année, les femmes exciseuses de la Guinée Forestières, ont pris la ferme résolution d’abandonner définitivement la pratique. Et, pour ce faire, de se reconvertir dans d’autres secteurs d’activités. En suivant ainsi les traces de leurs homologues de Kouroussa, Kankan en Haute Guinée et de Pita, Dalaba en Moyenne Guinée.

Il faut dire qu’en dépit des efforts déployés par les autorités sanitaires du pays, les mutilations génitales féminines restent encore largement répandues en Guinée, en raison sans nul doute d’un manque cruel de soutien des religieux opposés à ce combat. A cela s’ajoute la réticence des défenseurs inconditionnels de la culture traditionnelle qui rendent pratiquement impossible tout changement de mentalité. Même s’il est vrai qu’aussi bien à Conakry que dans le pays profond un nombre important de femmes souffrent régulièrement de complications obstétricales et des douleurs à l’accouchement.

1 photos