Mamadou Bah signe le livre ’’Sauver la Guinée’’

article mise à jour : 10 septembre 2013
Qu’en est t-il du « Guinea’s back » de Alpha Condé après deux ans et demi de pouvoir ? Le constat est amer : la Guinée est dans un état critique, le taux de pauvreté est passé de 43% en 2009 à 53% en 2013.

En dépit de ses promesses de campagne, le gouvernement se montre incapable à soulager la douleur des Guinéens. Tous les secteurs sont ébranlés par une corruption à l’état pur. L’ethnocentrisme, encouragé par le gouvernement et les coordinations régionales, a explosé ; jamais les Guinéens n’ont été aussi divisés.

Pour détourner l’attention des citoyens des vrais maux du pays, la justice guinéenne est devenue une parodie, retransmise à la télévision, aux mains de l’exécutif. Sans oublier les assassinats ciblés d’opposants : en deux ans de pouvoir, il y a eu plus de morts qu’en vingt quatre ans de pouvoir de Lansana Conte. Plus de 500 citoyens ont péri depuis 2010, en majorité dans la région forestière (massacres de Zogotta et N’zérékoré).

Mamadou Bah, étudiant en Droit à l’Université de Tours, inquiet pour l’avenir de son pays et soucieux de participer au changement tant aspiré par le peuple de Guinée, dénonce cette dérive sectaire et autoritaire du pouvoir de Alpha Conde et interpelle le président quand aux dangers du virus de la corruption pour la Guinée. Pour terminer, il propose aussi des solutions urgentes pour y remédier.

L’auteur s’exprime...

’’Etudiant guinéen en Droit à l`Université de Tours, activiste et blogueur, j’ai pris ma plume pour exprimer ma colère, dénoncer l`injuste, l`ethnocentrisme,la misère qui règnent dans mon pays la Guinée Conakry. Mon peuple sans voix et pris au piège par des politiciens sans scrupule est plongé dans une misère chronique. Rester sans rien faire c`est cautionner les dérives autoritaires et sectaires de ces politiciens qui ne visent que leur intérêt. Depuis l’arrivé au pouvoir de Alpha Conde en 2010, le tissu social s’est déchiré, le sectarisme, l’ethnocentrisme, le régionalisme ont carrément explosé, les guinéens sont plus que jamais divisés sans oublié la corruption qui fait rage et les massacres respectifs des populations. Mon combat est celui de la justice, de l’égalité, de la protections des opprimés, du vivre ensemble, du respect des autres, de la transparence, de l`action...

Ce combat je le mènerai sans arrière pensée avec lucidité,avec courage,avec détermination. Je ne suis pas fataliste, je reste convaincu que le changement dans mon pays interviendra si chaque guinéen se mobilise a hauteur de ses moyens pour une Guinée juste,paisible et prospère’’.